Une figure du Bloc identitaire assiste au conseil municipal du Pontet (FN)

Publié à 13h22, le 08 novembre 2014 , Modifié à 13h37, le 08 novembre 2014

Une figure du Bloc identitaire assiste au conseil municipal du Pontet (FN)
Philippe Vardon © PHOTOPQR/NICE MATIN/Jean-François OTTONELLO

L'ambiance était électrique, ce jeudi 6 novembre, au conseil municipal du Pontet. Et pas seulement parce que l'une des conseillères municipales a annoncé qu'elle quittait la majorité municipale FN. Philippe Vardon, ancien porte-parole des Jeunesses identitaires et ancien leader de Nissa Rebela, la branche niçoise du Bloc identitaire, était présent dans le public. Loin, bien loin de son fief.

Début novembre, le maire FN de Cogolin a nommé Julien Langella, co-fondateur du groupuscule d'extrême droite Génération Identitaire, chargé de communication. Faut-il donc voir dans la présence de Philippe Vardon au Pontet un geste politique, la première étape avant un rapprochement entre la municipalité et le Bloc identitaire ? Absolument pas, jure l'intéressé, contacté par Le Lab :

Ne sur-interprétez pas ma présence. J'étais en déplacement professionnel à Avignon et j'ai décidé d'aller au conseil municipal, comme de nombreux autres citoyens. Il y a la liberté de circulation depuis Schengen non ?

Il existe pourtant un lien entre Philippe Vardon et la mairie du Pontet : Xavier Magnin, directeur de cabinet du maire frontiste Joris Hébrard. Avant de travailler au Pontet, Xavier Magnin a été durant 15 ans le dircab' de Jacques Bompard, maire d'Orange. Et qui était, en 2010, le directeur de campagne de la liste Ligue du Sud menée par Jacques Bompard aux élections régionales de PACA ? Philippe Vardon.

Contacté par Le Lab, Xavier Magnin se fait un peu plus précis sur la présence de Philippe Vardon qui, d'après lui, s'intéresse de près à l'attitude de l’opposition dans les villes gagnées par le FN à l'occasion des dernières municipales. Il ajoute : 

Monsieur Vardon m'a demandé s'il pouvait venir au conseil municipal il y a une dizaine de jours. Il était là en observateur. Les gens peuvent venir assister au conseil sans qu'on les accuse de vouloir collaborer à la municipalité.

Philippe Vardon se défend lui-aussi de toute ambition politique. Sa présence au conseil municipal du Pontet, le 6 novembre, a néanmoins surpris, voire inquiété, certains élus locaux. Agressé fin septembre par un élu FN après le conseil municipal Alexandre Quet, élu UDI commente auprès du Lab :

Cette venue est une manœuvre pour intimider l'opposition. L'ambiance était très électrique à la fin du conseil. C'était à couteaux tirés. On a dû partir en groupe.

Le centriste voit en tous cas dans cette présence une contradiction avec "la dédiabolisation du parti voulue par Marine Le Pen".  

Philippe Vardon avait affiché son soutien à Marine Le Pen durant la campagne présidentielle. En octobre 2013, il avait rejoint le Rassemblement Bleu Marine avant d'en être évincé par le député FN Gilbert Collard.

Le 16 octobre, le maire FN du Pontet Joris Hébrard a vu son élection invalidée par le Tribunal administratif de Nîmes après un recours de son opposant UMP.

Du rab sur le Lab

PlusPlus