VIDÉO - Dans la bouche de Claude Bartolone, François Rebsamen redevient "ministre du Travail"

Publié à 15h59, le 03 février 2015 , Modifié à 16h14, le 03 février 2015

VIDÉO - Dans la bouche de Claude Bartolone, François Rebsamen redevient "ministre du Travail"
François Rebsamen © BERTRAND GUAY / AFP

SAY MY NAME, SAY MY NAME - Ne l'appelez plus "monsieur le ministre tout court". François Rebsamen avait obtenu cette petite faveur : que Claude Bartolone ne le présente plus comme "ministre du Travail" lors des séances de question au gouvernement, pour empêcher l'opposition d'ajouter "et du chôôôôômage" (une blagounette devenue quasiment institutionnelle). Le président de l'Assemblée nationale, en lui donnant la parole dans l'hémicycle, l'appelait donc depuis quelques temps "monsieur le ministre François Rebsamen". Eh bien c'est terminé.

Lors des QAG mardi 3 février, François Rebsamen est donc officiellement redevenu, dans la bouche du titulaire du Perchoir, "monsieur le ministre du Travail, de l'emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social". Avant sa réponse à une question du député UMP Laurent Marcangeli sur le chômage, Claude Bartolone l'a effectivement introduit par l'intitulé exact de son maroquin :



Comme on peut l'entendre sur cette vidéo, un député d'opposition non-identifié ne se prive alors pas d'ajouter "et du chômage". C'est François Rebsamen lui-même qui, la semaine dernière, avait symboliquement ré-assumé cet intitulé dans l'hémicycle. Pendant les questions au gouvernement mercredi 28 janvier, il avait commencé une réponse par une sorte de mise au point, comme en témoigne le compte-rendu de cette séance sur le site de l'Assemblée nationale :

M. François Rebsamen : En effet, monsieur le député Cherpion, je vous réponds en ma qualité de ministre du travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social...



Plusieurs députés du groupe UMP : Et du chômage !



M. François Rebsamen : Que cela vous plaise ou non. (Exclamations sur les bancs du groupe UMP.)

À noter que François Rebsamen n'est pas le seul à se voir attribuer un petit sobriquet à l'Assemblée. Par ailleurs prédécesseur de François Rebsamen aux honorables fonctions de "ministre du Travail et du chômage", Michel Sapin, aujourd'hui ministre des Finances et des comptes publics, a lui aussi un intitulé supplémentaire pour les élus d'opposition :

Et des impôts !

Mais lui n'a pas demandé de traitement spécial à Claude Bartolone.

Du rab sur le Lab

PlusPlus