Alain Vidalies répond aux critiques de Mélenchon sur Hollande et Merkel

Publié à 09h37, le 25 janvier 2013 , Modifié à 09h50, le 25 janvier 2013

Alain Vidalies répond aux critiques de Mélenchon sur Hollande et Merkel
Alain Vidalies. (Maxppp)

PEDALO – Rien ne va plus entre la majorité gouvernementale et Jean-Luc Mélenchon. Après avoir déclaré, au quotidien gratuit Metro, qu’en Europe, "Merkel tient le guidon et Hollande pédale", le président du Parti de gauche a obtenu une réponse du même acabit, vendredi 25 janvier, de la part d’Alain Vidalies.

Interrogé sur ces critiques de l’ancien candidat du Front de gauche à la présidentielle, rappelant la sortie remarquée sur "le capitaine de pédalo", le ministre des Relations avec le Parlement a répondu, sur RTL, sur le même ton, entre ironie et dérision : 

On est dans l’expression mélenchoniste qui, pour exister, est capable chaque jour de nous inventer une formule de ce genre.

Le problème, c’est à l’intérieur du Front de gauche : je ne sais pas qui tient le guidon et qui pédale entre M. Laurent et M. Mélenchon. Alors, à chacun ses problèmes.

En opposant ainsi Pierre Laurent et Jean-Luc Mélenchon, les partenaires du Front de gauche, Alain Vidalies reste sur la même ligne que celle entamée fin 2012 par le PS. 

Car face aux critiques incessantes de l’eurodéputé à l’encontre du gouvernement, le parti à la Rose ne se lasse plus de pointer les divergences entre les deux alliés de la gauche du PS.

Soulignant les différences "manifestes" entre le PCF et le tribun du Parti de gauche, David Assouline, porte-parole du PS, considérait : "le Parti communiste déclare qu'il n'est pas une opposition et Jean-Luc Mélenchon déclare qu'il est plus qu'une opposition, une alternative".

Fin novembre, le patron du Parti socialiste, Harlem Désir, avait annoncé qu'il allait recevoir les responsables des partenaires de gauche du PS. Tous, sauf le Parti de gauche de Jean-Luc Mélenchon.

[BONUS TRACK] Une date pour la PMA

Interrogé également sur la procréation médicalement assistée, Alain Vidalies a confirmé qu’elle figurerait dans le futur projet de loi Famille.

Et avance même une date pour ce texte : 

C’est une mesure qui pose un débat qui divise davantage que le mariage pour tous.

Ce qui a été annoncé, c’est qu’elle serait dans un projet de loi Famille. Ce texte sera examiné en Conseil des ministres le 27 mars prochain.

 

Du rab sur le Lab

PlusPlus