Après l’utilisation du 49.3 par le gouvernement sur la loi Travail, les députés frondeurs se réuniront pour décider s’ils votent la motion de censure

Publié à 18h23, le 10 mai 2016 , Modifié à 18h23, le 10 mai 2016

Après l’utilisation du 49.3 par le gouvernement sur la loi Travail, les députés frondeurs se réuniront pour décider s’ils votent la motion de censure
Christian Paul avec Laurent Baumel et Jérôme Guedj © AFP / Xavier Leoty

Manuel Valls a donc décidé d’engager la responsabilité du gouvernement en faisant passer en force la loi Travail à l’aide du 49.3.

Ce passage en force ne plaît pas à grand monde à l’Assemblée. Les députés LR et UDI ont d’ores et déjà déposé une motion de censure. La gauche de la gauche entend également déposer la sienne, mais n’est pas certaine d’obtenir le nombre de signatures nécessaires (1/10e de l’hémicycle, soit 58 députés). Dans le cas contraire, elle pourrait voter celle de la droite.

Les députés frondeurs pourraient, eux aussi, voter une motion de censure contre le gouvernement. "On y réfléchit", a déclaré l’élu PS Laurent Baumel. La décision sera prise demain, le 11 mai.

Malgré ces frondes venues de toute part, le gouvernement a peu de chance d’être renversé. Un tel scénario pourrait se produire si l’ensemble des députés LR et UDI, toute de la gauche de la gauche et au minimum 30 députés frondeurs votaient la même motion de censure, pour arriver à 289 voix. Ce qui est peu probable.

Deux parlementaires légitimistes, le sénateur vallsiste Luc Carvounas et le député Christophe Caresche, ont déjà prévenu que les élus PS qui voteraient la motion seraient exclus du parti.

Du rab sur le Lab

PlusPlus