Aurélie Filippetti plaide toujours pour une taxe sur les smartphones, pas contradictoire, selon elle, avec la "pause fiscale"

Publié à 16h28, le 19 septembre 2013 , Modifié à 16h58, le 19 septembre 2013

Aurélie Filippetti plaide toujours pour une taxe sur les smartphones, pas contradictoire, selon elle, avec la "pause fiscale"
Aurélie Filippetti et Pierre Moscovici (MaxPPP)

"Si on ne le fait pas maintenant, ça ne veut pas dire qu'on ne le fera pas, on avance. Et moi je continuerai, évidemment, à défendre cette idée dans les mois qui viennent.". Invitée ce jeudi 19 septembre de RTL, la ministre de la Culture Aurélie Filippetti assure que la taxe sur les objets connectés à internet visant à financer la création artistique n'est pas enterrée et n'est pas contradictoire avec la volonté du gouvernement de faire une "pause fiscale".

Cette taxe sur les smartphones et les tablettes, préconisée par l'ex-PDG de Canal Plus Pierre Lescure dans un rapport au gouvernement, ne figurera pas dans le budget de la France pour 2014, comme l'a annoncé la ministre vendredi 13 septembre dans les colonnes du Monde

Mais "la contribution sur les terminaux connectés, nous y travaillons, elle n'est pas enterrée, je n'ai pas reculé, j'avance", martèle Aurélie Filippetti sur les ondes de RTL en répétant ses arguments pour faire vivre "l'exception culturelle à l'heure du numérique."

Une mesure qui n'aggraverait pas, selon elle, le "ras le bol fiscal"."L'objectif de cette contribution n'était pas du tout d'augmenter la pression fiscale", argue-t-elle en expliquant qu'elle compte toujours demander aux constructeurs de ne pas impacter le consommateur avec cette nouvelle taxe car "c'est à eux, [les fabricants de matériel] de diminuer leurs marges pour pouvoir financer la création".

"L’idée est bonne et elle est juste", continue de dire la ministre de la Culture.

Une interview à regarder ci-dessous:

Du rab sur le Lab

PlusPlus