Bartolone, Hidalgo, NKM et Moscovici : le multiplex politique du dimanche 2 février

Publié à 18h16, le 02 février 2014 , Modifié à 21h01, le 02 février 2014

Bartolone, Hidalgo, NKM et Moscovici : le multiplex politique du dimanche 2 février
(Montage Le Lab)

MULTIPLEX - Nouvel épisode du multiplex politique du Lab. Ce dimanche, Claude Bartolone, Anne Hidalgo, Nathalie Kosciusko-Morizet et Pierre Moscovici seront sur les plateaux de dimanche 2 février pour réagir à l'actualité politique. 

Dans les nouvelles du jour, la mobilisation de la Manif pour tous à Lyon et à Paris, la situation économique et les intempéries.

Le Lab vous propose des morceaux choisis au fur et à mesure de la soirée

> Claude Bartolone, sur France 5

<img src="http://i.imgur.com/7bXIAxH.png" alt="" width="500" />

#MUNICIPALES

Claude Bartolone lève le voile sur sa participation aux municipales. Le président de l'Assemblée nationale, qui n'avait pas répondu jusqu'à présent à la question, reconnaît avoir proposé présence sur la liste socialiste du Pré-Saint-Gervais, en Seine-Saint-Denis.

"Je ne sais pas encore", a-t-il glissé dans un premier temps. Puis il lâche, sur le ton de la confidence :

J'ai proposé ma candidature au maire du Pré-Saint-Gervais. S'il me dit que ça le gêne, je l'écouterai. S'il me dit "tu peux venir", je viens.

Une candidature qui fait écho à la prochaine métropole francilienne. De fait, si un jour Claude Bartolone veut diriger cette nouvelle entité, il devra au moins être élu municipal dans sa ville. "Croyez moi que je vais m'intéresser au Grand Paris, quelque soit le poste", déclare-t-il.

A ce sujet, il prend déjà des positions : "je veux que dans les années 2025, on soit candidat aux Jeux olympiques ou à une exposition universelle". 

Par ailleurs, Claude Bartolone s'est prononcé à plusieurs reprises en faveur du non-cumul des mandats, et pour son application en 2017 seulement. 

#QAG 

"Dès qu'il a la télé, ce ne sont pas les mêmes", explique Claude Bartolone au sujet des parlementaires et de leur attitude pendant les questions au gouvernement, parfois agitées. 

"Je mets des petits mots pour dire 'attention, c'est notre image collective'", raconte le président de l'Assemblée nationale. Et il revient sur la retransmission télévisée de ce moment de la vie politique, défendant sa diffusion sur le service public : 

Aujourd'hui il faut que les parlementaires apprennent à vivre avec les médias, plutôt que de se dire que pour éviter ce genre de choses il ne faut pas être diffusé.

On est dans un monde de communication, ça serait un recul pour l'Assemblée de ne pas voir ses travaux diffusés. 

#MANIFPOURTOUS

Claude Bartolone ne veut pas faire l'amalgame entre les différentes manifestations parisiennes. Le président de l'Assemblée nationale a fait une distinction entre le mouvement "La Manif pour tous" de celui de "Jour de colère", qui avait"réuni un certain nombre de fachos la semaine dernière".

Lors de la manifestation anti-gouvernementale "Jour de colère" dimanche dernier à Paris, des slogans antisémites, racistes et homophobes avaient été scandés dans le cortège.

On va laisser ces enfants de nazis venir manifester sur le pavé parisien ? Cela ne peut pas être accepté par des républicains.

> Anne Hidalgo, sur BFM TV 

<img src="http://i.imgur.com/FDVdqGl.png" alt="" width="500" />

#PEOPLE

Interrogée sur la politique-people, Anne Hidalgo, qui a déjà posé avec son mari dans Gala ou Paris-Match, n'y voit pas de problème, puisque c'est un homme public.

C'est vrai que les Français ont envie de savoir vivent leurs élus. Je pense pouvoir leur donner ce que je dois leur donner. Mon mari est député, c'est un homme public. Mes parents, j'avais envie de leur dire combien je les aime.

Pour ses enfants, c'est différent, déclare-t-elle alors que son opposante à la mairie de Paris, Nathalie Kosciusko-Morizet, s'est montrée avec ses enfants dans un reportage diffusé cette semaine par l'émission Envoyé spécial, sur France 2. 

En revanche, mes enfants c'est hors de question, je n'ai pas à les exposer. 

#IDÉE

Une campagne municipale, c'est aussi l'occasion d'avancer des idées singulières. Pour faire des économies d'énergie, la candidate socialiste à la mairie de Paris souhaite généraliser le chauffage grâce à la chaleur dégagée par les ... ordinateurs. 

Des ordinateurs-radiateurs que la ville de Paris a déjà expérimenté dans certains logements sociaux. 

On a expérimenté le chauffage d'un immeuble entier dans le 15e arrondissement, à partir de la chaleur des ordinateurs, on va le généraliser. 

> Nathalie Kosciusko-Morizet, sur France Inter

<img src="http://i.imgur.com/33qPpoN.png" alt="" width="500" />

#SUBVENTIONS

Nathalie Kosciusko-Morizet s'interroge sur les soutiens à Anne Hidalgo, qui ont par le passé bénéficié de subventions de la ville de Paris. Interrogée sur le sujet, la candidate UMP assure ne pas vouloir de comité de soutien et que celui d'Anne Hidalgo est "indécent" :

Il y a quelque chose d'un peu indécent à aller demander un soutien à des personnes qui ont reçu des subventions de la ville.

(...)

Je ne veux pas faire de comité de soutien. Il y a des soutiens bien sûr. Mais je trouve ça un tout petit peu dépassé, cette espèce de tableau de chasse.

Et dénonce une forme d'entre-soi dans la création culturelle parisienne :

La politique culturelle de la ville de Paris, ça a été beaucoup la cour, le clan, l'entre-soi. La vraie culture, la création, se fait dans la plus grande liberté. Le rôle de la ville est de rendre possible la création, pas d'être le commanditaire, l'organisateur, le producteur, finalement être celui qui choisit, décide, au risque d'être celui qui achète.

#NICOLAS SARKOZY

L'ancien président de la République était jeudi 29 janvier à Châtelaillon-Plage et en a profité pour distiller de petits cailloux supplémentaires sur le chemin de son retour, parlant de la famille, des usines et de la Nation... et disant son peu de goût pour les "vacances".

Questionnée sur le retour de Nicolas Sarkozy, NKM a jugé que ce n'était pas le moment d'en discuter. "C'est un sujet pour 2015 ou 2016, ce n'est pas un sujet pour aujourd'hui", juge-t-elle. Poursuivant : "je veux un sursaut providentiel, un rebond providentiel, un gouvernement qui entende la colère qui est dans la rue". 

#IDÉE

Dans son projet pour la culture, NKM veut la fin de la gratuité pour les musées municipaux. Pour compenser, la candidate de l'UMP demande la gratuité de tous les musées, municipaux et nationaux, une fois par semaine. 

Je voudrais que ce soit le mercredi. En dépis de la réforme des rythmes scolaires, les enfants ont le mercredi après-midi de disponible. On pourra y aller en famille. L'argent sera mieux utilisé. 

> Pierre Moscovici, sur RTL 

<img src="http://i.imgur.com/sLzTZll.png" alt="" width="500" />

#CONFIANCE

Pierre Moscovici souhaite introduire dans la loi la notion de confiance entre le fisc et les entreprises. Le ministre de "l'autorégulation exigeante" veut que cela se fasse dans un texte adopté avant la fin de l'année. 

Nous avons déjà lancé cette expérience. Je veux maintenant l'étendre et au final légiférer.

Ce projet, en test depuis quelques mois avec quelques entreprises volontaires, consiste à faire valider a priori par l'administration fiscale les choix en matière de déclaration d'impôts. Si les deux parties arrivent à s'entendre, l'entreprise s'épargne le risque d'un contrôle fiscal ultérieur.

C'est là l'un des trois grands chantiers engagés par le gouvernement en matière de fiscalité des entreprises, avec la réforme de l'impôt sur les sociétés et l'audit de nombreuses petites taxes d'un faible rapport, a rappelé le ministre.

#IMPOTS

Pierre Moscovici veut des taux d'impôts moins élevés sur les sociétés. "Nous avons un taux d'impôt sur les sociétés qui n'est pas le plus performant au monde", a-t-il défendu sur RTL.  

Je souhaite pour ma part que nous ayons des taux faciaux moins élevés avec une assiette moins mitée.

De plus, Pierre Moscovici a répété que le gouvernement veut revenir sur "les petites taxes sur les entreprises" dont "toutes ne sont pas utiles". 

Du rab sur le Lab

PlusPlus