Ces éléments de langage qui font rire Rebsamen

Publié à 09h24, le 23 avril 2013 , Modifié à 09h25, le 23 avril 2013

Ces éléments de langage qui font rire Rebsamen
François Rebsamen sur BFM TV (capture).

LOLILOL - Bonne ambiance sur le plateau de BFM TV. Ce mardi 23 avril, François Rebsamen, patron du groupe PS au Sénat et maire de Dijon, est interrogé par Jean-Jacques Bourdin.

L'homme, que l'on connaît pour sa franchise, est notamment interrogé sur l'Europe. Selon lui, l'Allemagne doit être plus solidaire de ses partenaires.  François Rebsamen s'indigne des déclarations d'Angela Merkel, selon qui le salaire minimum serait responsable du chômage. Il estime qu'elle a considérablement appauvri les travailleurs allemands :

Y a pas de quoi être fier, non plus, de ce qu'elle fait. L'Allemagne doit être plus solidaire en Europe. Elle ne l'est pas suffisamment.

Quelques minutes plus tôt, une dépêche AFP fait état de propos du ministre du Budget (et ancien ministre délégué aux Affaires européennes) Bernard Cazeneuve, sur le même sujet, tenus sur RTL. Il exhorte notre voisin européen à "s'engager dans une vraie politique d'investissement, et ce, quel que soit le résultat des prochaines élections dans le pays.

Jean-Jacques Bourdin lui fait remarquer que les deux hommes sont sur la même ligne. François Rebsamen abonde dans son sens, et s'en amuse :

Visiblement, on dit la même chose. Sans élément de langage, je tiens à le dire ! 

Rires de François Rebsamen. Yeux équarquillés de Jean-Jacques Bourdin. Car il est rare de voir des hommes et femmes politiques admettre publiquement l'existence de ces notes censées donner des arguments et des messages à marteler dans les médias. Une pratique couramment utilisée par Nicolas Sarkozy, et reprise par François Hollande

Du rab sur le Lab

PlusPlus