Débordements à la fête du PSG : Guillaume Peltier veut interdire les drapeaux étrangers "dans ce type d’événements"

Publié à 08h55, le 14 mai 2013 , Modifié à 11h30, le 14 mai 2013

Débordements à la fête du PSG : Guillaume Peltier veut interdire les drapeaux étrangers "dans ce type d’événements"
Guillaume Peltier sur France 2 le 14 mai 2013 (image France 2)

Après les débordements de casseurs au Trocadéro, à Paris, lors de la célébration du titre de champion de France du PSG le 13 mai au soir, Guillaume Peltier, leader de la "Droite forte"à l'UMP, présente sa solution : interdire les drapeaux étrangers lors de ce type de manifestation.

L'idée trotte dans la tête de plusieurs membres de l'UMP depuis quelques années. En mars 2011, des députés menés par Guy Tessier ont déposé une proposition de loi pour "réglementer l'usage d'un drapeau étranger dans l'espace public français par une déclaration préalable".

C'est cette proposition que ressort le vice-président de l'UMP ce 14 mai sur France 2, faisant un lien direct les drapeaux étrangers et les violences commises :

J’appelle à une prise de conscience sur les dérives communautaristes : nous ne supportons plus de voir dans ce type d'événements des drapeaux étrangers brandis de manière systématique par des jeunes en perte de repère.

Il faut que soit appliqué cette proposition de loi déposée par une trentaine de députés UMP il y a quelques mois et qui dit que dans les manifestations publiques, sauf autorisation préalable, il n’y a pas de place pour les drapeaux étrangers.

En mai 2012, Christian Estrosi a fait appliquer dans sa ville de Nice cette idée. Les drapeaux étrangers ont, entre autres, été interdis lors de la célébration de mariages pour ne pas perturber "la solennité de l'évènement".

Ce thème avait également ressurgi dès la victoire de François Hollande le 6 mai 2012. Droite et UMP avaient en effet soulevé une polémique commune, dès le lendemain, estimant avoir vu trop de drapeaux étrangers à la Bastille pour célébrer la victoire du président socialiste.

Une "communautarisation de la société française", estimait alors Louis Alliot pendant que Nadine Morano ne se disait pas très "rassurée" par ce manque de "drapeaux bleu-blanc-rouge".

BONUS TRACK 

Le fondateur de la "Droite forte" estime, comme beaucoup à l'UMP, que le gouvernement est responsable des débordements de la nuit, pour ne pas avoir su les contenir. Surtout, il vise les décisions du préfet de police de Paris, assurant qu'il y a un "deux poids deux mesures" entre la répression policière de la veille et celle assurée lors ... des manifestations anti-mariage gay :

C’est la responsabilité, pas seulement du gouvernement, mais aussi du préfet de police dont je demande la démission, qui a fait preuve de son incompétence, qui a montré son laxisme généralisé à l’égard des casseurs et qui, en même temps, il y a quelque semaines, à l’égard des veilleurs, avait une sévérité incroyable. (...)

De manière systématique, quand on a une famille, quand on a des enfants, quand on est de droite, on est interpellé voire matraqué. (...)

Il a failli hier autour du PSG et, dans le même temps, met en garde à vue et interpelle systématiquement tous les soirs des veilleurs paisibles qui manifestent contre le mariage pour tous.

[Edit 11h30]  Une position qui n'est pas partagée par tous à l'UMP. Preuve en est avec cette réaction du député de l'Yonne Guillaume Larrivé :

Interdire les drapeaux étrangers lors des manifs ? Non. Il faut arrêter le concours Lépine de la démagogie. 1/2

— Guillaume Larrivé (@glarrive) 14 mai 2013

Combattre intelligemment le communautarisme, c'est d'abord respecter les lois de la République. Et défendre la liberté d'expression. 2/2

— Guillaume Larrivé (@glarrive) 14 mai 2013

Du rab sur le Lab

PlusPlus