Des cadres LR divergent sur les solutions à apporter pour les individus fichés S

Publié à 09h51, le 31 août 2015 , Modifié à 13h18, le 31 août 2015

Des cadres LR divergent sur les solutions à apporter pour les individus fichés S
Montage Le Lab © AFP

UNIS - La tentative d'attentat d'Ayoub El Khazzani dans le Thalys entre Amsterdam et Paris le 26 août continue de susciter des réactions. Après les félicitations faites aux personnes ayant permis l'arrestation de l'individu, c'est au tour des solutions à apporter pour éviter ce genre d’événements d'arriver dans le débat politique.

Et en la matière, le parti de Les Républicains ne semble pas encore avoir une position arrêtée. En attestent les avis divergents de Christian Estrosi, Xavier Bertrand et Bruno Le Maire sur les personnes fichées S (fichier de signalement crée par les services de renseignements).

Dimanche 30 août, au micro de RTL, Bruno Le Maire a ainsi rejoint la position de Marine Le Pen en la matière : expulser tous les étrangers fichés S. Il disait :

Tous les ressortissants étrangers fichés sous fiche S doivent être expulsés immédiatement du territoire français. 

Expliquant que ces individus sont aujourd'hui "suivis mais interpellés uniquement lorsqu'ils commettent un acte qui menace la vie de nos concitoyens", le pas-encore-candidat à la primaire LR tient à ce que l'on puisse "arrêter, incarcérer, juger et expulser" les personnes qui ont ou qui seraient en position de réaliser un attentat.

Position différente pour Xavier Bertrand, interrogé ce 31 août par RTL. Le candidat LR aux régionales en Nord - Pas-de-Calais - Picardie se démarque de la proposition de Bruno Le Maire en expliquant qu'il préférait emprisonner ces individus. Il dit :

Je préfère les emprisonner, très clairement. Et qu'on ne me dise pas que c'est impossible : l'Angleterre [...] quand il y a un danger imminent pour la Nation, s'est donné les moyens de les emprisonner. Ceux qui vont faire le djihad ne peuvent pas revenir en liberté. Ceux qui sont en train de préparer un acte terroriste, en consultant des sites salafistes notamment, doivent aller en prison. 

Et Xavier Bertrand, également candidat à la primaire, de développer :

Si vous les expulsez et qu'ils préparent, à partir de l'Espagne ou de la Belgique, un nouvel attentat, on sera pas avancé. Pour eux, c'est la privation de liberté parce que je vous le dis franchement, je ne mettrai jamais sur un même plan la liberté de plus de 60 millions de Français et la liberté de quelques-uns.

Dans le même temps, Christian Estrosi (aka Sylverstone Stallone) propose, lui, de munir ces individus fichés S de bracelets électroniques. Invité d'Europe 1 le 31 août, il dit :

Je demande que tous ceux qui sont fichés de S1 à S6 dans notre pays aient un bracelet électronique qui en passant sous un portique [se] déclenche automatiquement pour qu'on les empêche de monter à bord ou en tout cas qu'on effectue une fouille afin qu'il ne constituent aucune menace pour autrui.

Expliquant qu'il y a aujourd'hui 5.000 personnes fichées S avec des niveaux différents, celui qui ne s'interdit rien pour la primaire LR prend également l'exemple de Nice pour demander que des "vidéosurveillances" soient mises en place dans les gares françaises. 

Sur le sujet, Nicolas Sarkozy, président de Les Républicains, n'a pas encore formulé de position officielle pour le parti à la suite de l'attaque dans le Thalys. Avec trois positions différentes pour trois candidats à la primaire, nul doute que d'autres ténors LR devraient avancer leurs propositions dans les jours à venir. 





>> A LIRE AUSSI SUR LE LAB :

Thalys : Frédéric Lefebvre propose la légion d'honneur pour les deux soldats américains

Sécurité : Pécresse veut inciter les policiers à rentrer chez eux en transports en commun avec leur arme de service



>> A LIRE SUR EUROPE1.FR :

Attaque du Thalys : à quoi sert la fiche "S" ?

Tirs dans le Thalys : ces éléments qui intriguent les enquêteurs

Du rab sur le Lab

PlusPlus