Pas encore officiellement candidat, Bruno Le Maire annonce qu’il va battre Nicolas Sarkozy à la primaire "sur le fil"

Publié à 16h28, le 19 juin 2015 , Modifié à 16h28, le 19 juin 2015

Pas encore officiellement candidat, Bruno Le Maire annonce qu’il va battre Nicolas Sarkozy à la primaire "sur le fil"
Bruno Le Maire. © VALERY HACHE / AFP

Il joue la carte du suspense. Mais un faux suspense car personne n’est dupe. Alors qu’il répète qu’il réfléchit et qu’il prendra sa décision, d’officialiser sa candidature à la primaire de la droite et du centre pour 2017, début 2016, Bruno Le Maire est en fait déjà candidat. Et ne le cache pas vraiment. On a connu meilleure poker face.

Cette semaine, où de nombreux hebdos lui ont consacré soit leur une soit au moins un reportage, le député de Les Républicains de l’Eure, qui a affronté Nicolas Sarkozy pour la présidence de l’UMP et emporté 30% des voix, annonce, tranquilou, au Figaro Magazine que son duel à la primaire avec l’ancien président "sera serré". On ne peut faire plus affirmatif. Il ajoute, avec une confiance en lui qui semble inébranlable :

Et je gagnerai sur le fil !

Si certains avaient encore des doutes quant à son intention de plonger dans le grand bain de la primaire, ils sont levés. Une preuve supplémentaire de ses ambitions élyséennes après qu’il se soit ajouté à la liste des prétendants à la présidentielle qui ont écrit à Nicolas Sarkozy pour lui demander d’accélérer le processus de cette épreuve qualificative pour la vraie campagne.

Celui qui a combattu Nicolas Sarkozy – ce que ce dernier n’a pas forcément apprécié – et pris la tête de l’opposition sur la réforme du collège est convaincu de rattraper son retard de notoriété sur ses principaux concurrents. Au Figaro Magazine, Franck Riester, député LR et fervent soutien de Bruno Le Maire, assure :

D’ici à un an, il aura rattrapé son déficit de notoriété sur Juppé et Sarkozy.

Lui-même est en mode "positive attitude", prêt à "forcer son destin". Il explique :

 

La défaite de 2012 rebat les cartes pour ceux qui veulent forcer le destin. 2017 est une chance historique. Je veux forcer mon destin. Je l’assume complètement. J’ai fait le pari il y a trois ans que les Français tourneront la page et choisiront le renouveau.

Donc ira ? Ira pas ? Bruno Le Maire ne semble plus faire aucun mystère. "S’il ne s’est pas encore déclaré candidat à la primaire et ne veut le faire, dit-il, que lorsqu’il sera prêt, il n’y a aucun suspense, écrit l’hebdomadaire du Figaro. Il ira. Il ne reste plus qu’à l’officialiser." Ce qui ne surprendra personne puisque candidat, il l’est en fait déjà.

A LIRE SUR LE LAB :

>> L’anaphore du pas-encore-candidat-à-la-primaire-UMP

>> Le Maire oublie Nicolas Sarkozy et le nom "Les Républicains" dans son discours du congrès

>> Sarkozy trouve que Bruno Le Maire est "un donneur de leçons"

>> Le Maire dans le viseur de Sarkozy et Hortefeux

Du rab sur le Lab

PlusPlus