Droit d’inventaire à l’UMP : Bruno Le Maire snobe la convention du 17 octobre

Publié à 16h18, le 07 octobre 2013 , Modifié à 16h25, le 07 octobre 2013

Droit d’inventaire à l’UMP : Bruno Le Maire snobe la convention du 17 octobre
Bruno Le Maire, sur LCP, lundi 7 octobre (capture d'écran)

INFO LE LAB / LCP - Bruno Le Maire, député UMP de l’Eure, qui avait tenté en vain de se présenter à la présidence de l’UMP, a décidé de snober la convention sur l’inventaire du quinquennat de Nicolas Sarkozy, organisée par le président de l’UMP, Jean-François Copé, le 17 octobre.

Il l'annoncé ce lundi 7 octobre, interrogé par le Labà l’occasion de l’émission PolitiqueS, qui sera diffusée sur LCP le samedi 12 octobre.

Bruno Le Maire explique ainsi :

"

Je n'y serai pas (...).

J'aurai peut-être d'autres activités jeudi prochain, mais je ne serai pas à cette convention.

J’ai dit ce que j’avais à dire sur ce que la droite avait manqué depuis dix ans, dès janvier 2012, avant même l'élection présidentielle (...).

Je suis dans la phase de reconstruction. Je regarde vers l’avenir pas vers le passé.

"

Voici la vidéo de cette séquence :

Au jeu de l’inventaire, Bruno Le Maire était allé très loin en mai 2013 lorsqu’il expliquait, jugeant la première année de François Hollande à l’Elysée : 

"

Je ne suis pas sur que nous aurions fait mieux (que François Hollande)

"

Selon les informations du Lab, le patron de l’UMP, Jean-François Copé, essayera de faire de cette journée un exercice de critique de François Hollande, autant qu’un exercice d’autocritique.

De son côté, L’Opinon a révélé, le 2 octobre, que l’association des Amis de Nicolas Sarkozy se réunirait, elle, deux jours plus tôt, le 15 octobre,  à l’occasion d’un déjeuner. 

Le journaliste de L’Opinion spécialiste de l’UMP, Ludovic Vigogne, assure :

"

Les lieutenants de l'ex-chef de l'Etat sont invités à ne pas boycotter la convention de l'UMP, mais à se répandre dans les médias, les jours qui la précéderont et la suivront, pour dire tout le mal qu'ils pensent de l'exercice d'autocritique souhaité par Jean-François Copé.

"

 

Du rab sur le Lab

PlusPlus