Duflot, Martin, Kosciusko-Morizet : le multiplex politique du dimanche 22 septembre

Publié à 18h08, le 22 septembre 2013 , Modifié à 18h08, le 22 septembre 2013

Duflot, Martin, Kosciusko-Morizet : le multiplex politique du dimanche 22 septembre
(montage via Maxppp)

MULTIPLEXPOLITIQUE - Troisième épisode de la saison II du multiplex du dimanche sur Le Lab. Au programme, de l’écologie, au lendemain de la conférence environnementale.

Entre Cécile Duflot, ministre du Logement et ancienne patronne des Verts sur France 5,  Nathalie Kosciuko-Morizet, ancienne ministre de l’Ecologie de Nicolas Sarkozy sur France 24, et Philippe Martin, actuel ministre de l’Ecologie dans le gouvernement de Jean-Marc Ayrault, sur LCI.

 
Le Lab se plie en quatre pour suivre ces différentes interviews et vous en propose des "morceaux choisis" au fur et à mesure de la soirée.

  1. NKM, Duflot et Martin

    >> Cécile Duflot, C politique, France 5

    #VIVE LE PLURALISME
    Oui, il y a des approches politiques différentes au sein du gouvernement. Oui, Arnaud Montebourg, par exemple, n’a pas la même position que Cécile Duflot et les écolos sur le gaz de schiste ou sur le nucléaire, autrefois qualifié par le ministre de « filière d’avenir ». Tout cela, Cécile Duflot le sait et le reconnait. Et y voit du positif.

    "

    Oui c'est difficile, oui c'est harassant mais un gouvernement fait de sensibilités différentes c'est ça qui est enrichissant.

    "

    Et de rappeler, face à ces divergences, que "les écologistes disent des choses justes depuis 30 ans" :

    "

    Ce qui m’importe, c’est ce que fait le gouvernement. Pas ce que pense tel ou tel.

    "

    #ROMS

    Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate de l’UMP aux municipales à Paris a provoqué un tollé en déclarant que ce sont "les roms qui harcèlent les parisiens". Des propos qui ont choqué Cécile Duflot, qui les juge "scandaleux, stigmatisants".

    Et d’ajouter :

    "

    Cela peut tomber sous le coup de propos à caractère raciste. Qu’ils soient vulnérables… Oui, il faut apporter plusieurs réponses. La Bulgarie et la Roumanie doivent arrêter la discrimination qui les entraine à l’exil.

    NKM n'a pas des propos dignes concernant les roms, ce sont des personnes en souffrance dans leur pays.

    "

    >> Nathalie Kosciusko-Morizet, Tous politiques, France Inter/Le Parisien/France 24

    #PAUSE FISCALE

    Une pause fiscale, quelle pause fiscale ? Le gouvernement a entendu le message du "ras-le-bol" fiscal, selon l’expression de Pierre Moscovici. Alors, François Hollande puis Jean-Marc Ayrault ont annoncé une pause fiscale. Pour 2014 ou 2015, le flou entoure la communication de l’exécutif sur le sujet.

    Pour Nathalie Kosciuscko-Morizet, ce dimanche, le vocable utilisé induit une future, et nouvelle, hausse des taxes et des impôts.

    "

    Sur la fiscalité, le gouvernement a dit le contraire de tout. D’ailleurs le terme de pause veut dire qu’on va reprendre.
    François Hollande n'arrive pas à nous dire s'il va augmenter ou non les impôts en 2014. Et il nous parle de 2035 !

    "

    #LES FRANÇAIS PREFERENT MERKEL

    "Ca ne veut rien dire parce qu’on n’est pas allemands." Elle reconnaît le caractère étrange de son argumentation mais insiste quand même.

    Ce dimanche 22 septembre, au moment où la chancelière allemande est réélue pour un troisième mandat, l’une des rares sortantes à rester au pouvoir malgré la crise, Nathalie Kosciusko-Morizet assure que les Français préfèrent Angela Merkel à François Hollande.

    "

    Sans en faire un modèle, il faut qu’on s’interroge sur les raisons de la réussite allemande.

    J’ai vu un sondage qui disait que 60% des Français aujourd’hui voteraient pour Angela Merkel. Evidemment ca ne veut rien dire parce qu’on n’est pas allemand. Enfin, c’est trois fois plus que ceux qui veulent encore voter pour François Hollande.

    "

    >> Philippe Martin, Le Grand Jury, RTL/Le Figaro/LCI

    #LE NUCLEAIRE

    Que vont en penser les écologistes ? Après l’annonce de Jean-Marc Ayrault de mettre le nucléaire "à contribution", le ministre de l’Ecologie, Philippe Martin, a affirmé que "le nucléaire va rester à un niveau important". Et que seule Fessenheim serait fermée.

    "

    Il n’y a pas d’autres pays en Europe à avoir un tel pourcentage de son énergie qui provient du nucléaire. Nous aurons une filière nucléaire qui va rester importante.

    "

    Pour contrebalancer son propos, l’ancien député PS du Gers a également ajouté :

    "

    Mais nous voulons absolument que les énergies renouvelables prennent une part de plus en plus importante dans le mixe énergétique.

    "

    En revanche, le ministre a confirmé la fermeture à venir de la centrale de Fessenheim, promesse de campagne de François Hollande, interrogé sur la prolongation de la vie des centrales françaises :

    "

    C’est tout l’objet de ce qui sera une grande loi du quinquennat, la loi de transition énergétique qui fait suite au débat national. L’idée centrale, c’est qu’il y a trois acteurs : l’entreprise, l’autorité de sureté nucléaire et puis il y a l’Etat dont le Premier ministre a rappelé qu’il voulait revenir dans le jeu.

    Il y a deux dossiers : un dossier de fermeture, Fessenheim, qui sera mené à son terme ; et il y a en même temps un EPR à Flamanville qui doit être ouvert.
    L’idée, c’est la fermeture d’une seule centrale, celle de Fessenheim.

    "

    #COUCOU MONTEBOURG

    Philippe Martin a répondu à Arnaud Montebourg, qui ne fermait pas définitivement la porte à une future exploitation du gaz de schiste. Pour lui,

    Expliquant qu’il a déjà "assisté à une fracturation hydraulique", aux Etats-Unis, Philippe Martin raille ceux qui imaginent une autre méthode que la fracturation hydraulique :

    "

    Oui, bien sur, on peut par télétransportation se concentrer sur la roche mère et faire sortir du gaz qu’on utilisera ensuite.

    Il n’y a pas d’autre solution que de faire une explosion et qui a pour conséquence d’envoyer à 3000 mètres de profondeurs des masses d’eau avec des agents chimiques dont on ne sait pas le pourcentage qui restera.

    "

    Et d’ajouter, pour appuyer son argumentation, qu’il s’agit, comme le pétrole, d’une nouvelle énergie fossile alors que la solution passe, selon lui, par les énergies renouvelables :

    "

    C’est très impactant pour l’environnement et il s’agit *encore* d’une énergie fossile dont nous savons qu’elle a une fin.

    "

    #MINISTRE DU MIEUX-VIVRE

    Après un ancien ministre de François Mitterrand qui plaide pour le retour d’un ministre du Temps libre, Philippe Martin a lui rebaptisé son ministère de l’Ecologie et son titre.

    "

    Ma volonté qui est d’être le ministre de l’avenir et du mieux-vivre…

    "

Du rab sur le Lab

PlusPlus