En pleine campagne des régionales, Valérie Pécresse démissionne de la haute fonction publique

Publié à 10h00, le 12 novembre 2015 , Modifié à 10h04, le 12 novembre 2015

En pleine campagne des régionales, Valérie Pécresse démissionne de la haute fonction publique
Valérie Pécresse, candidate défroquée. © AFP.

Jamais deux sans trois, dit l'adage populaire. Voilà donc, après Bruno Le Maire et Nathalie Kosciusko-Morizet, une troisième personnalité de droite qui se défroque. Sauf que là, le timing n’est pas anodin. A moins d’un mois du premier tour des élections régionales, Valérie Pécresse, tête de liste LR/UDI en Ile-de-France, annonce au Figaro magazine, ce jeudi 12 novembre, sa démission de la haute fonction publique.

La rivale de Claude Bartolone pour la présidence de la région capitale a ainsi envoyé sa lettre de démission au Conseil d’Etat "en début de semaine". Celle-ci sera effective "dès réception du courrier" envoyée par l'énarque, écrit Le Figaro.

>> A LIRE : la folle nuit de Valérie Pécresse, la "gréviste", à l'ENA

Le fait-elle uniquement parce qu’elle est en campagne ? Elle ne le dit pas ainsi mais affirme qu’elle veut se présenter devant les électeurs, pour les régionales, "en étant une femme libre de toutes chaînes".

Avant elle, Bruno "le renouveau" Le Maire avait été le premier à démissionner de la haute fonction publique, dès 2012, pour se poser contre "l’esprit de caste" et illustrer son slogan. NKM avait suivi, trois ans plus tard, démissionnant du "corps des ingénieurs des ponts, des eaux et des forêts", comme le validait un décret du 12 mars 2015.

Du rab sur le Lab

PlusPlus