En référence aux tensions au gouvernement, Bertrand Delanoë vante "la gauche qui marche" à Paris

Publié à 21h06, le 27 septembre 2013 , Modifié à 21h16, le 27 septembre 2013

En référence aux tensions au gouvernement, Bertrand Delanoë vante "la gauche qui marche" à Paris
Le 16 septembre 2013 à Paris (Maxppp).

Ah, les week-ends à la campagne, toujours propices à la détente, et aux langues qui se délient... Bertrand Delanoë a, ces jeudi 26 et vendredi 27 septembre, réuni ses élus parisiens à Maffliers, dans l'Oise. Dans le bus de la colo: les maires d'arrondissements de gauche, les adjoints au maire, et les présidents de groupe de la majorité. 

Lieu de villégiature ? Le château de Maffliers, dans le Val d'Oise, un bâtiment du 19e siècle "idéal pour l'organisation de séminaires et réunions", comme le vante Novotel sur son site

Selon les informations du Lab, Bertrand Delanoë en a profité pour faire subtilement référence aux difficultés que rencontre le gouvernement actuellement.

En clôture de sa première séance, voilà ce que déclare le maire de Paris devant ses convives :

.

"

Ne le répétez pas, mais ce qui fait notre force ici, à Paris, c'est qu'on a une gauche qui marche !

"

Une phrase qui intervient alors que Cécile Duflot, ministre écologiste, s'apprête à attaquer Manuel Valls frontalement en référence à ses propos sur les Roms. 

Le ministre de l'Intérieur a décidément beaucoup fait parler. Alors que les élus discutent de ses sorties sur les Roms, Didier Guillot, adjoint au maire chargé de la vie étudiante, et élu du 18e, s'emporte :

  

"

Il faut arrêter de taper sur Valls, on a enfin un ministre de l'Intérieur socialiste crédible !

"

De l'autre côté de la salle se trouve un certain Daniel Vaillant. Maire du 18e arrondissement et surtout... ancien ministre de l'Intérieur. On vous laisse imaginer sa réaction.

Du rab sur le Lab

PlusPlus