Évidemment, le FN dresse un parallèle entre le renoncement de Hollande et l'échec de Sarkozy

Publié à 21h43, le 01 décembre 2016 , Modifié à 21h43, le 01 décembre 2016

Évidemment, le FN dresse un parallèle entre le renoncement de Hollande et l'échec de Sarkozy
Marine Le Pen et Florian Philippot © AFP

François Hollande a donc décidé de ne pas se présenter à l'élection présidentielle de 2017. Une première dans l'histoire de la 5eme République. Cette annonce survient moins de deux semaines après l'élimination, dès le premier tour de la primaire de la droite, de Nicolas Sarkozy. C'est donc inéluctable : l'homme ou la femme qui sera élu(e) en mai 2017 à la présidence de la République sera un néophyte en la matière.

Cet état de fait n'a pas échappé au Front national. Alors, quelques minutes après la déclaration de François Hollande, plusieurs cadres frontistes ont donc dressé un parallèle entre le renoncement de l'actuel chef de l'État et l'échec de Nicolas Sarkozy. La perche LRPS était bien trop grosse pour ne pas être utilisée. Tout cela est l'occasion pour les cadors frontistes de louer la nouveauté supposément portée par Marine Le Pen.

Le premier à dégainer est Nicolas Bay. Le secrétaire général du FN souligne qu'en 10 jours, "Juppé, Sarkozy et Hollande [ont été] éjectés de la scène politique". Il ajoute :

 

"

Les Français veulent l'alternative bleu marine !

"
"

 

"

Il est tout de même difficile de voir le rapport entre cette supposée envie des Français et la décision de François Hollande, mais c'est un autre sujet. 

Nicolas Bay est imité quelques minutes plus tard par Wallerand de Saint Just qui reprend exactement le même argument. "Après l'échec de Sarkozy, l'échec d'Hollande et plus globalement l'échec de décennies UMPS, place au renouveau avec Marine Le Pen !" écrit le conseiller régional frontiste.

Florian Philippot, pour sa part, s'amuse de cette succession. Il écrit :

"

Juppé, Sarkozy, Hollande en 2 semaines : le moral des Français va bondir.

 

"

Le tout agrémenté d'un smiley pour le moins taquin...

Marion Maréchal-Le Pen, pour une fois d'accord avec Florian Philippot, fait comme les autres et dresse le même parallèle. Mais la députée FN du Vaucluse est déjà dans l'après et pense, dès jeudi soir, à attaquer Manuel Valls, probable futur candidat à la primaire de "la Belle alliance populaire". Elle écrit :

"

Les Français en ont fini avec le duo des trahisons Hollande-Sarkozy. Ils ne prolongeront pas l'échec avec leur premier ministre.

 

"

#

Du rab sur le Lab

PlusPlus