"Farid Fillon" : Gilbert Collard estime que Florian Philippot "se méprend" quand il parle de "liberté d'expression"

Publié à 08h51, le 27 décembre 2016 , Modifié à 09h33, le 27 décembre 2016

"Farid Fillon" : Gilbert Collard estime que Florian Philippot "se méprend" quand il parle de "liberté d'expression"
Gilbert Collard © Capture Europe 1

C'est l'une des polémiques de la fin de l'année 2016 : François Fillon est, depuis qu'il a remporté la primaire de la droite en novembre, régulièrement visé par une partie de la "fachosphère". Pour l'attaquer, cette dernière a décidé de remplacer son prénom par un autre d'origine arabe, en l'occurrence Farid, afin de sous-entendre que l'ancien Premier ministre défend le fondamentalisme islamiste.

Cette attaque divise le FN. Vendredi 23 décembre, Florian Philippot a refusé de la condamner, parlant de "liberté d'expression". Pas d'accord, estime ce mardi 27 décembre Gilbert Collard. Invité d'Europe 1, le député RBM du Gard considère que le vice-président du FN "se méprend". Il dit :

"

La liberté d'expression, ce n'est pas un papier hygiénique. On n'écrit pas n'importe quoi dessus. Pour être très clair, je trouve que monsieur Fillon est communautariste mais qu'on n'a pas à l'appeler 'Farid Fillon' parce que ce n'est  pas correct, ce n'est pas convenable, tout simplement. Et si Florian Philippot trouve que c'est ça la liberté d'expression, il se méprend sur la portée symbolique de la liberté d'expression.

 

"


Et pour préciser son point de vue, Gilbert Collard parle de… Laurent Ruquier.  

"On a été indigné quand on a comparé Marine [Le Pen] à un étron [voir ici] et on a eu raison. Ruquier, ce jour-là, a été minable. Donc je ne vois pas pourquoi on dirait le contraire quand il s'agit de monsieur Fillon", dit-il, estimant que le prénom Farid "pose plein de problèmes". Notons toutefois qu'il ne s'agit pas du prénom en lui-même qui pose problème mais plutôt le lien avec un supposé soutien au fondamentalisme islamiste qui lui est accolé.

Vendredi 23 décembre sur RTL, Florian Philippot n'avait pas condamné les attaques lancées contre François Fillon. "Ce n'est pas notre façon de faire de la politique. Mais ça existe et c'est la liberté d'expression", avait-il déclaré, ajoutant qu'il y a "un fond derrière" cette campagne anti-Fillon. "Je pense que François Fillon n'est pas convaincu par la laïcité", avait estimé Florian Philippot.

Lundi, Louis Aliot avait quant à lui dénoncé les attaques lancées contre François Fillon. "Je trouve ça un peu minable. Je pense qu'on n'a pas besoin de ça pour attaquer monsieur Fillon", avait déclaré le vice-président du FN sur FranceInfo:. Mais, comme Gilbert Collard ce mardi, Louis Aliot avait bien rappelé que, selon lui, François Fillon est un communautariste. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus