François Lamy dément avoir recruté des adhérents PS dans des assos aidées grâce à la réserve parlementaire

Publié à 12h12, le 06 juin 2017 , Modifié à 18h28, le 06 juin 2017

François Lamy dément avoir recruté des adhérents PS dans des assos aidées grâce à la réserve parlementaire
François Lamy. © AFP

[EDIT] 17h10 François Lamy dément cette phrase auprès du Lab. Phrase qui a été supprimée de l'article dans la version numérique du journal Libération.     

Le candidat explique que ce sont des militants qui ont fait campagne pour Benoît Hamon qui ont adhéré. Il déclare : 

"

Aucun des adhérents n'est membre d'une association. Il n'y a lien aucun lien avec la réserve parlementaire.

"

Dans un article publié ce 6 juin dans le journal Libération, consacré à la campagne à Lille, François Lamy racontait avoir "fait adhérer 60 personnes à la section de Lille-Sud". "Elles font campagne pour nous", expliquait le député de l’Essonne, qui n’aura pas la tache facile face aux candidats d’En Marche et de la France insoumise.

L'article établissait un lien avec entre ces adhésions et l'utilisation de la réserve parlementaire du député. Un lien déjà établi dans un article de la Voix du Nord du 16 mars 2017. Auprès du Lab, François Lamy dénonce cet amalgame et cite un article de Médias cités Lille  sur ce sujet intitulé :" Nouveaux adhérents PS : faux scandale et vrai micmac". Le journal y explique que "François Lamy n’a pas utilisé sa réserve parlementaire pour recruter des militants."

François Lamy a publié sur Twitter le droit de réponse à paraître demain dans Libération.    

Dans l'édition numérique, la journaliste de Libération explique pourquoi elle a supprimé la phrase de l'article. A lire en fin de l'article

  La réserve parlementaire est une somme d'argent à la disposition du député qui chaque année la redistribue pour soutenir villes, projets ou associations. Le 1er juin, François Bayrou a présenté les contours du projet de loi sur la moralisation de la vie publique, euh pardon, pour la confiance dans notre vie démocratique. Parmi les mesures présentées : la suppression de la réserve parlementaire pour éviter "les risques de dérive clientéliste".

Du rab sur le Lab

PlusPlus