En plein entre-deux-tours des législatives, Frédéric Lefebvre quitte Les Républicains

Publié à 08h47, le 08 juin 2017 , Modifié à 09h59, le 08 juin 2017

En plein entre-deux-tours des législatives, Frédéric Lefebvre quitte Les Républicains
Frédéric Lefebvre tire sa révérence des Républicains. © AFP

THIS IS THE END - Dimanche dernier, Frédéric Lefebvre a été largement devancé au premier tour des législatives des Français de l’étranger dans la circonscription qui comprend les Etats-Unis et le Canada. Une claque pour le député sortant, devancé largement par le candidat d’En Marche alors que cet ancien proche de Nicolas Sarkozy s’est toujours dit ouvert à travailler avec Emmanuel Macron.

Tirant les conclusions d’un quinquennat Hollande où il est sorti de l’opposition quasi-systématique de son parti pour soutenir certaines réformes du gouvernement comme le pacte de responsabilité ou la loi… Macron, Frédéric Lefebvre annonce ce jeudi 8 juin sur franceinfo, en plein entre-deux-tours des législatives, qu’il quitte son parti, Les Républicains :

"

J’ai décidé de quitter Les Républicains. C’est une décision mûrement réfléchie, douloureuse et en même temps libératrice. Douloureuse parce que je me suis engagé au RPR à 17 ans avec le même enthousiasme que tous ces jeunes que je vois s’engager à En Marche.

"

Et celui qui confie ce jeudi avoir voté pour Emmanuel Macron et non François Fillon au premier tour de la présidentielle de dénoncer la direction actuelle du parti, sans citer de noms :

"

Il y a beaucoup d’élus et de militants avec qui je partage des valeurs et de l’amitié mais c’est devenu incontournable parce que je ne supportais plus que ces gens, je pense à un quarteron de généraux sectaires qui sont à la tête des Républicains, parlent en mon nom.

"

Une annonce à avoir en vidéo :

"Je ne compte plus les moments de honte", écrit-il, dénonçant "l'invective systématique" et "l'opposition stérile" de son camp dans sa longue lettre de démission que dévoile L'Express. Et poursuit, à propos de son émancipation :

 

"

Vous me l'avez reproché ! Vous m'avez menacé ! Vous m'avez "molesté" !

"

#

Du rab sur le Lab

PlusPlus