Xavier Bertrand et Valérie Pécresse, les favoris de Jean-Pierre Raffarin pour "sauver" LR

Publié à 07h24, le 08 juin 2017 , Modifié à 07h25, le 08 juin 2017

Xavier Bertrand et Valérie Pécresse, les favoris de Jean-Pierre Raffarin pour "sauver" LR
Xavier Bertrand et Valérie Pécresse, favoris de Jean-Pierre Raffarin pour "sauver" LR. © AFP

Qui pour reprendre la présidence de Les Républicains et tenter de sauver le mouvement après sa débâcle présidentielle – défaite historique de François Fillon dès le premier tour – et les législatives qui ne s’annoncent pas folichonnes, d’après les sondages ? Si une frange de LR plaide pour Laurent Wauquiez, qui fait les yeux doux au poste, une autre veut un président plus modéré que le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes.

C’est notamment le cas de Jean-Pierre Raffarin, partisan d’un groupe LR "constructif" avec la majorité que pourrait avoir Emmanuel Macron à l’Assemblée nationale et qui appelle à l’avènement de "la jeune génération". Ainsi l’ancien Premier ministre de Jacques Chirac plaide-t-il, dans les colonnes de L’Express du mercredi 7 juin, pour deux personnes, deux présidents de région, capables de "sauver le mouvement" :

"

A Xavier Bertrand et Valérie Pécresse de sauver le mouvement.

"

Car pour Jean-Pierre Raffarin, il n’est pas question pour le principal parti de droite de continuer à se droitiser, comme il l’a fait avec Nicolas Sarkozy en 2012 puis avec François Fillon et les sarkozystes en 2017. Une stratégie qui a conduit à l’échec de LR et à la possibilité d’une scission, souligne-t-il, mettant en avant la victoire présidentielle "centriste" d’Emmanuel Macron :

"

Cela fait dix ans que Nicolas Sarkozy nous explique que l’élection se gagne dans une course à droite, or elle vient de se gagner au centre.

"

CQFD.

Pour éviter de nouvelles déculottées et de continuer dans cette voie sans victoire, Jean-Pierre Raffarin espère donc que la prochaine direction de LR fera la même analyse que lui. C’est pourquoi il espère que Xavier Bertrand ou Valérie Pécresse auront l’envie de prendre la relève. Réponse lors du prochain congrès du parti. Sauf si les législatives viennent faire éclater la droite, incrédule et désemparée "en face d'une force irréversible", avant cela.

Du rab sur le Lab

PlusPlus