Contrairement à LR, Sarkozy s'oppose aux interdictions de manifestation

Publié à 15h52, le 21 juin 2016 , Modifié à 16h46, le 21 juin 2016

Contrairement à LR, Sarkozy s'oppose aux interdictions de manifestation
Nicolas Sarkozy © Captures d'écran TF1

CONTRE-PIED - C'est la prise de position inattendue du jour. Contrairement à l'immense majorité des cadres de son parti, et son parti lui-même, Nicolas Sarkozy n'approuve pas l'idée, avancée par le gouvernement d'interdire les futures manifestations contre la loi Travail. Une menace formulée par Manuel Valls puis François Hollande après les derniers débordements et violences dues à des casseurs, et dans un contexte sécuritaire tendu, entre menace terroriste et Euro de foot.

Mardi 21 juin, c'est depuis Berlin où il déjeunait avec Angela Merkel que Nicolas Sarkozy s'est exprimé sur le sujet, alors que les syndicats qui appellent à manifester refusent catégoriquement tout rassemblement "statique", comme le recommande la préfecture de police de Paris. Et l'ancien chef de l'État n'y est pas allé à moitié :

"

Je ne crois pas que ce soit raisonnable qu'un gouvernement républicain décide, dans un pays comme le nôtre, d'interdire des manifestations.

 

"

Manière de sous-entendre clairement que, ce faisant, le gouvernement socialiste sortirait du cadre "républicain".

Lundi, LR avait pourtant demandé au gouvernement d'interdire cette manifestation prévue jeudi. Une demande exprimée par la voix de Guillaume Larrivé, porte-parole du parti et soutien de Nicolas Sarkozy, lors de son point presse hebdomadaire au siège de Les Républicains. Voilà donc un patron de parti en désaccord complet avec la position officielle de son parti. Original...

En revanche, LR et Sarkozy sont sur la même ligne lorsqu'ils exigent "l'engagement du principe de responsabilité civile de la CGT pour réparer les dégradations commises lors de la dernière manifestation".

Du rab sur le Lab

PlusPlus