Jean-François Copé salue la "magnifique victoire" de François Fillon, lui qui a "fait le plus petit score"

Publié à 20h56, le 27 novembre 2016 , Modifié à 20h59, le 27 novembre 2016

Jean-François Copé salue la "magnifique victoire" de François Fillon, lui qui a "fait le plus petit score"
© AFP

Il n’aura pas fallu veiller très tard ce dimanche 27 novembre pour connaître le (très très très probable) nom du vainqueur de la primaire LR. Sur 2.121 bureaux dépouillés, François Fillon obtient 69,5 % des suffrages, selon des chiffres annoncés peu après 20 heures par Anne Levade, la présidente de la Haute autorité du scrutin. Une gifle pour Alain Juppé, à seulement 30,5 %.

Quelques minutes plus tard, l’accro aux médias Jean-François Copé réagit déjà. Le député-maire de Meaux, qui a obtenu le minuscule score de 0,3 % au premier tour, juge que ces résultats sont "sans appel" et salue d’ores et déjà la "magnifique victoire" du député de Paris. Celui qui a pourtant rallié le maire de Bordeaux lundi la joue fairplay. Plein d’autodérision, "Jeff" adresse une pensée un peu spéciale au vainqueur, lui qui a "fait le plus petit score à lui qui a fait le plus grand score" :

Maintenant, le choix est fait. Il est sans appel. C’est une magnifique victoire de François Fillon. Pour ce qui me concerne, sans attendre, je veux simplement lui dire toutes mes félicitations, lui dire que c’était une très belle campagne, que je me place dès à présent et indépendamment de ce qui a pu nous séparer dans le passé, à son entière disposition parce qu’il nous faut l’emporter. Il faut que François Fillon soit le prochain président de la République française. Et je veux simplement lui dire ce soir, moi qui ai fait le plus petit score à lui qui a fait le plus grand score, que je mettrai toute mon énergie pour être à ses côtés, parce qu’il souhaitera naturellement pour faire en sorte que nous puissions opérer ce sursaut français tellement nécessaire à un moment où les Françaises et les Français attendent une vraie politique de droite et du centre et que je serai donc à ses côtés avec toute la famille rassemblée parce que c’est un impératif pour l’avenir.

On notera que Jean-François Copé arrive à placer le titre de son bouquin (Le Sursaut français, éd. Stock) dans ses félicitations à François Fillon.

L’hommage est étonnant. "JFC" a tapé très fort sur François Fillon, notamment en fin de campagne. Surprenant également au vu du passif des deux hommes, qui se sont disputés la victoire de la présidence de l’UMP en 2012.

Mais l’heure est au "rassemblement", un mot que l’ensemble des candidats perdants (et de leurs équipes) devraient répéter inlassablement en cette soirée électorale, dans l’optique de 2017.

Du rab sur le Lab

PlusPlus