Jean-Frédéric Poisson prêt à violer les règles de la primaire de la droite (et à voter FN ?)

Publié à 16h37, le 25 octobre 2016 , Modifié à 18h45, le 25 octobre 2016

Jean-Frédéric Poisson prêt à violer les règles de la primaire de la droite (et à voter FN ?)
Jean-Frédéric Poisson © BERTRAND GUAY / AFP

Comment vont réagir Nicolas Sarkozy et ses soutiens ? Prompts à dénoncer François Bayrou, qui ne respecterait pas les règles de la primaire si Nicolas Sarkozy l’emportait, les sarkozystes vont-ils être aussi offensifs avec Jean-Frédéric Poisson ?

Car le président du Parti chrétien-démocrate, candidat à la primaire de la droite, n’affirme pas qu’il voterait pour Alain Juppé contre Marine Le Pen, comme l’a repéré Le Scan du Figaro ce mardi 25 octobre. Interrogé par Lyon People sur un éventuel second tour de la présidentielle entre un candidat LR et Marine Le Pen, celui qui envisage un rapprochement de la droite avec le FN reste très mystérieux, laissant penser qu’il n’exclurait pas de voter pour la présidente frontiste, surtout si face à elle se trouve Alain Juppé :

- Lyon people : Pour qui appelleriez-vous à voter lors d’un éventuel second tour opposant le candidat Les Républicains à celle du Front National ?



- Jean-Frédéric Poisson : On verra. Plus je vois évoluer Alain Juppé, plus je me dis que le projet de société multiculturelle qui a mis la France par terre est décidément à côté de la plaque. Et puis il peut se passer beaucoup de choses en 6 mois.

Pourtant, lors du premier débat de la primaire, TOUS les candidats, Jean-Frédéric Poisson y compris, s’étaient engagés à soutenir le vainqueur de ce scrutin pré-présidentiel. Cette réponse du patron du parti de Christine Boutin est ainsi contraire aux règles de la primaire qui stipulent que les candidats "s'engagent à soutenir publiquement le candidat à la présidence de la République désigné à l'issue de la primaire et à prendre part à sa campagne". Pourrait-il être sanctionné pour cette sortie ?

Ce serait, qui plus est, sa deuxième sortie de route en quelques jours après ses propos sur les "lobbies sionistes" aux Etats-Unis. Pour ces propos, Nathalie Kosciusko-Morizet avait saisi la haute autorité de la primaire avant que l’intéressé ne demande pardon à la communauté juive.

Quant au FN, malgré, dit-il, "des différences de fond irréductibles", il avait estimé que "le cordon sanitaire" existant entre droite républicaine et extrême droite n’avait plus lieu d’être. Et d’ajouter que le parti de Marine Le Pen devait "être considéré comme un parti comme les autres".

[BONUS TRACK] Le soutien de Civitas

Le mouvement catholique d'extrême droite Civitas va appeler à voter pour Jean-Frédéric Poisson à la primaire de la droite, selon les informations de L'Opinion de ce mardi 25 octobre. Le mouvement prépare également une alliance pour les élections législatives avec les comités Jeanne de Jean-Marie Le Pen et le Parti de la France de Carl Lang. 

[EDIT] 18h41

Dans un communiqué, Jean-Frédéric Poisson revient sur les propos auprès de Lyon people. Il explique :

Je continue cependant de penser que, malgré leurs faiblesses, les familles politiques de la droite et du centre sont les plus à même de diriger le pays et de le réformer dans la tranquillité à partir de 2017. Ce qui n'est pas le cas du Front National. Ce que veut dire le "on verra" repris par des médias n'est en aucun cas de ma part la marque d'une quelconque hésitation qui m'inclinerait vers le projet de Marine Le Pen. J'y suis opposé et en ai déjà donné les raisons.  

Par ailleurs, concernant le soutien que lui apporte Civitas, il assure via Twitter :

Du rab sur le Lab

PlusPlus