Jérôme Lavrilleux moqué pour ses commentaires sur les soupçons de fraude à la primaire PS marseillaise

Publié à 08h27, le 14 octobre 2013 , Modifié à 08h35, le 14 octobre 2013

Jérôme Lavrilleux moqué pour ses commentaires sur les soupçons de fraude à la primaire PS marseillaise
Jérôme Lavrilleux en 2012 (Maxppp).

INVITÉ SURPRISE - Un plateau TV au soir du premier tour de la primaire socialiste à Marseille : d'un côté Christophe Borgel, secrétaire national du PS chargé des élections, de l'autre Jérôme Lavrilleux, directeur de cabinet de Jean-François Copé, connu pour son rôle de sniper copéiste lors du psychodrame à l'UMP en novembre 2012.

C'est par exemple lui qui, en direct sur les chaînes d'information, avait accusé François Fillon d'un "bourrage d'urnes massif".

Résultat, lorsqu'il est amené à commenter sur BFMTV les soupçons de fraudes lors de la primaire marseillaise, Jérôme Lavrilleux se voit qualifié ironiquement par Christophe Borgel "d'expert en transparence électorale".

Une ironie partagée au sein même de l'UMP, à l'image du député de droite Lionel Tardy :

Avant d'ajouter : 

Franchement, on n'en rate pas une à l'UMP !(...)

BFMTV ne pouvait pas rêver mieux comme intervenant UMP un soir de primaires !

Pro-Fillon, Lionel Tardy s'était illustré durant la crise à l'UMP par ses nombreux commentaires sur Twitter et n'excluait pas de quitter le parti au lendemain de la proclamation de la victoire de Jean-François Copé.

Du rab sur le Lab

PlusPlus