Un député UMP (re)dépose une proposition de loi contre les apéros Facebook

Publié à 19h28, le 21 janvier 2013 , Modifié à 15h39, le 22 janvier 2013

Un député UMP (re)dépose une proposition de loi contre les apéros Facebook
Marc Le Fur, le 5 décembre 2012. (MaxPPP)

BIS REPETITA - Vous souvenez vous des apéros Facebook ? Près de trois ans après, alors que la mode semble passée, le député UMP Marc Le Fur a fait enregistrer mercredi 16 janvier par la présidence de l'Assemblée Nationale une proposition de loi "visant à réglementer les rassemblements festifs organisés par le biais d’Internet". 

Au printemps 2010, une série "d'apéros Facebook" dans toute la France avait fait la une des journaux. Notamment après le décès d'un participant à Nantes. Le ministre de la Jeunesse de l'époque, Marc-Philippe Daubresse avait annoncé la nomination de "référents départementaux".

Cet hiver 2013, Marc Le Fur explique donc au Lab qu'il revient à la charge une troisième fois, après une première proposition de loi en juin 2010 et une question au ministre de l'Intérieur Manuel Valls fin novembre 2012 :

Je considère qu'il faut rester très vigilant sur les apéros et les rave-parties sauvages organisées via Facebook.

Ma proposition de loi vise à rappeler que internet peut toujours provoquer des rassemblements qui posent de lourds problèmes sanitaires. 

Le député de la troisème circonscription des Côtes-d'Armor prend grand soin d'apporter deux précisions. D'une part il n'a "évidemment rien contre Internet". D'autre part, "cette proposition de loi d'un membre de l'opposition a peu de chance d'aboutir même si je suis prêt à la défendre". Une façon pudique de reconnaître que la loi contre les apéros Facebook n'a quasiment aucune chance d'être examinée. Alors de là à être votée...

A lire aussi sur Marc Le Fur sur le Lab :

> Le député qui fait une proposition de loi qui existe déjà

> Il a comparé la ministre Fleur Pellerin à un pot de fleur

> Il accuse le gouvernement de l'enfant un "produit de consommation"

> Sa salve de 18 questions écrites à Filippetti sur Hadopi

Du rab sur le Lab

PlusPlus