Le FN conteste à l'UMP son statut de parti anti-communiste

Publié à 12h23, le 12 mai 2015 , Modifié à 12h23, le 12 mai 2015

Le FN conteste à l'UMP son statut de parti anti-communiste
Nicolas Sarkozy et Marine Le Pen © Montage via AFP

Au Front national, on n'aime pas trop les communistes. À ce petit jeu, le vice-président du parti et compagnon de Marine Le Pen, Louis Aliot, est même le plus zélé. Alors pas question pour le FN de se voir tondre la laine sur le dos par l'UMP, tout à coup très remontée contre les rouges depuis que François Hollande a décidé de serrer la main d'un ancien dictateur en jogging.

Devant le flot de critiques déversées par la droite après la rencontre Hollande – Castro, le FN a donc décidé d'intervenir. Et de rappeler que l'UMP n'a, de leur point de vue, pas vraiment de raison de critiquer la gauche sur le sujet communiste. "S’il y a bien un parti politique qui a trahi ses électeurs en se fourvoyant avec le communisme et en lui servant de marchepied électoral, c’est bel et bien l’UMP", écrit le parti de Marine Le Pen dans un communiqué diffusé ce mardi 12 mai.

Puis le FN s'en prend à deux des nombreux candidats déjà déclarés à la primaire de l'UMP. Cela commence avec Xavier Bertrand. Ce dernier est coupable, selon le FN, d'avoir conclu un accord avec le Parti communiste chinois. En 2009, alors secrétaire général de l’UMP, Xavier Bertrand avait signé avec le PCC un mémorandum qui n'était en rien "un alignement sur ses positions", avait-il précisé à l'époque.

Vient ensuite François Fillon qui, Premier ministre, s'était rendu au Vietnam. Le Front national écrit :

"

Poussant la flagornerie à son comble, François Fillon avait déposé une gerbe à l’entrée du mausolée du dictateur communiste et tueur de soldats français, Ho Chi Minh, avant de se recueillir devant son corps embaumé.

 

"

Et ça, visiblement, ça ne passe pas.

Mardi 12 mai, plusieurs ténors de l'UMP ont diffusé sur Twitter des messages dans lesquels ils dénoncent la rencontre entre François Hollande et Fidel Castro. "Hollande envisage-t-il d'aller fleurir le mausolée de Lénine et de prendre le thé avec Kim Jong-un ?" s'est par exemple faussement interrogé le député de l'Yonne Guillaume Larrivé.

Du rab sur le Lab

PlusPlus