Les députés UMP scandent "Référendum ! référendum !" à l'Assemblée

Publié à 14h59, le 15 janvier 2013 , Modifié à 16h39, le 15 janvier 2013

Les députés UMP scandent "Référendum ! référendum !" à l'Assemblée
(Maxppp)

#QAG - Les députés interrogent ce mercredi le gouvernement pour la traditionnelle séance de questions d'actualité au gouvernement.

Au menu politique du jour : l'intervention française au Mali, le projet d'ouverture du mariage aux personnes de même sexe et l'accord sur l'emploi. 

Le calme du début de séance a été brisé dès la première intervention relative au mariage homosexuel, les députés UMP scandant "référendum !, référendum !".

Après une question de Henri Guaino, qui avait déjà claqué la porte d'une réunion de commission la veille sur le sujet, et la réponse de Christiane Taubira, les élus de droite ont voulu montrer leur colère.

Face au tumulte, le président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone a menacé de suspendre la séance. "On ne peut pas continuer comme ça!", a-t-il lancé, passant la parole au chef de file des députés PS Bruno Le Roux.

15h58> Une question sur le politique de l'emploi d'Eric Ciotti donne l'occasion à George-Pau Langevin de répondre au micro des questions au gouvernement. Une occasion assez rare. Sur l'année 2012, la ministre déléguée à la réussite éducative a eu cette possibilité à trois reprises.

15h54> A son tour, Gilbert Collard interroge le Premier ministre sur le Mali. Le FN n'ayant pas de groupe, il n'a pu poser de question à ce sujet en début de séance. L'élu du Rassemblement bleu marine profite donc d'un tour de question des non-inscrits pour signaler son approbation de "l'intervention de la France au Mali". "Nous avons la certitude qu'il s'agit d'une menace existentielle et l'arrivée du règne de la terreur. Il est indispensable que nous fassions barrage à l'offensive islamiste", a-t-il poursuivit. 

15h42> Comme souvent, pendant les questions au gouvernement, certains députés s'occupent avec de la lecture. 

15h38> L'heure du départ pour Jean-François Copé, qui, quittant l'hémicycle, serre une main : celle de Patrick Balkany. 

15h36> Jean-Marc Ayrault défend l'accord signé entre le patronat et trois syndicats. Il vante les mérites de la méthode, la négociation, et indique aux députés que c'est désormais à eux de transformer cela au plan législatif. 

15h30> Réponse de Christiane Taubira qui déclenche la colère de certains députés de droite, dont Patrick Balkany. Après sa réponse, les élus de l'UMP crient "référendum, référendum" dans l'hémicycle. Claude Bartolone menace de suspendre la séance. 

<img src="http://i.imgur.com/RZFJg.png" alt="" width="100%" />

15h28> Henri Guaino pose sa première question au gouvernement, Le nouveau député des Yvelines interroge le Premier ministre sur le projet de "mariage pour tous". Il souligne la mobilisation de dimanche lors de la manifestation d'opposition à cette mesure du gouvernement.

L'ancien conseiller de Nicolas Sarkozy demande à Jean-Marc Ayrault un référendum sur la question et l'invite "à ne pas être un Premier ministre de la quatrième République". 

15h20> Après cette série de question, Jean-Marc Ayrault prend la parole pour répondre aux députés de tous les partis. "La France intervient à la demande du président du Mali et dans le respect de la charte des nations unies", rappelle le Premier ministre. 

Il fixe trois objectifs à cette intervention : 

> arreter l'offensive des groupes terroristes ; 

> préserver l'existence de l'etat malien ;

> préparer le déploiement de la force d'intervention africaine.

Jean-Marc Ayrault estime que ne pas intervenir aurait signifier laisser "un sanctuaire" aux islamistes. 

"D'ici une semaine les forces africaines se déploieront sur le terrain", annonce le Premier ministre. 

15h04> Les présidents de groupe sont invités à poser chacun une question à Jean-Marc Ayrault sur l'intervention française au Mali.  Se succèdent au micro, Roger-Gérard Schwartzenberg (RRDP), André Chassaigne (GDR) et Christian Jacob (UMP). 

Ce dernier demande au Premier ministre des précisions sur le sort des otages français dans le Sahel. 

Razzy Hammadi (PS), Philippe Folliot (UDI), Danielle Auroi (EELV) et Annie Genevard (R-UMP) interrogent aussi le gouvernement à ce sujet. 

 

15h00 > La séance débute par une minute de silence, en hommage au lieutenant Damien Boiteux, tué vendredi au Mali. 

L'ordre du jour, partagé sur Twitter par Eric Krissi, réalisateur des Questions au gouvernement pour France 3, annonce notamment des questions de Henri Guaino et de Bruno Le Roux : 

Liste des intervenants du jour #QAG#DirectAN @france3twitter.com/ekmagic/status…

— Eric Krissi (@ekmagic) Janvier 15, 2013

Du rab sur le Lab

PlusPlus