Le spectacle des questions au gouvernement du 30 octobre

Publié à 15h09, le 30 octobre 2013 , Modifié à 16h02, le 30 octobre 2013

Le spectacle des questions au gouvernement du 30 octobre

#QAG - En ce moment 30 octobre, plusieurs sujets d'actualité: la libération des otages français, la question d'une rançon, les conditions de travail chez Amazon, ou la suspension de l'écotaxe.

Le Lab vous propose les morceaux choisis.

> OTAGES :

Les bonnes nouvelles sont rares dans l'actualité ces derniers jours. Alors quand le gouvernement annonce la libération d'otages détenus au Mali, Claude Bartolone ouvre les questions au gouvernement par un bref discours de soulagement.

Une fois n'est pas coutume, un député UDI a salué l'action du gouvernement dans ce dossier. Il s'agit de Stéphane Demilly.

Stéphane Demilly, avant sa question au Premier ministre :

"

Nous tenons à féliciter le gouvernement et tous ceux qui, de près ou de loin, ont participé à cette victoire de la liberté.

"

La députée écologiste Isabelle Attard y est également allée, par la suite, de son mot de salutations. Le groupe UMP, dans la voix de Nicole Ameline, s'est également associé aux félicitations.

Nicole Ameline s'est également interrogée sur le paiement d'une éventuelle rançon dans ce dossier, comme l'affirme Le Mondece 30 octobre.

C'est le Premier ministre Jean-Marc Ayrault qui répond à la députée UMP. Sans répondre à la question sur la rançon, il profite de ces minutes au micro pour justifier par cette libération l'intervention militaire au Mali :

"

Chaque jour, le président de la République s'est préoccupé du sort de nos compatriotes retenus en otage. [...]

Je voudrais saluer le travail discret, courageux, dangereux, de tous ceux qui ont été au contact pour essayer de tout faire pour la liberté de nos otages. Je voudrais les remercier au nom de la France.

Ceux qui craignaient que l'intervention française au Mali [...] mette en péril la vie des otages, je crois qu'on peut dire que cette intervention a destabilisé ceux qui pensaient pouvoir tout se permettre.

"

> CABINET NOIR :

C'est le député Olivier Marleix qui aborde le sujet qui fait hurler l'opposition aujourd'hui. "Il s'agit aussi des valeurs de la République", déclare-t-il. L'Elysée a-t-il violé la loi en faisant enquêter sur Nicolas Sarkozy et ses proches ?

La question était adressée à Jean-Marc Ayrault, mais c'est Christiane Taubira qui lui répond. Avant de pouvoir répondre, la Garde des Sceaux est ovationnée par l'ensemble de l'Assemblée nationale.

"Quelle dégringolade", commence la Garde des Sceaux, en réponse à Olivier Marleix. Christiane Taubira nie ensuite toute intervention illégale et renvoie le député UMP à sa vision du quinquennat Sarkozy :

"

L'adage populaire dit que l'on juge les autres selon soi. Vous semblez nostalgique de cette période, effectivement de chasse aux sorcières. De pantouflages multiples. De sondages suspects et d'autres histoires sulfureuses.

Ces temps sont révolus. L'Elysée a été saisi de trois réquisitions judiciaires auxquelles il a répondu dans le plus strict respect du droit.

"

Le député UMP Damien Meslot, très en verve, accuse par la suite le gouvernement de fouiller dans "les poubelles de la République".

Un terme choc que n'apprécie pas vraiment le député PS Christophe Caresche :

> LE POINT AUBRY :

Martine Aubry s'invite à l'Assemblée nationale. C'est Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, qui cite l'ancienne Première secrétaire du PS, et ancienne adversaire à la primaire socialiste, alors qu'il est interrogé sur le dossier La Redoute :

"

Dans le dossier de la Redoute, et je le dis en liaison avec madame Martine Aubry, qui m'a sensibilisé à ce dossier, nous souhaitons obtenir des précisions de la part de l'actionnaire sur son projet industriel visant à la cession à des fonds d'investissement ou des industriels supposés de la Redoute.

"

> JOYEUX ANNIVERSAIRE ARNAUD

C'est l'anniversaire d'Arnaud Montebourg. Et Claude Bartolone tient à lui souhaiter en pleines questions au gouvernement, après une intervention de sa part. Après avoir regagné le banc des ministres, le ministre du Redressement productif reçoit, visiblement, les voeux de sa collègue de la Justice, Christiane Taubira, tout sourire.

Du rab sur le Lab

PlusPlus