Le spectacle des questions au gouvernement du 9 octobre

Publié à 15h06, le 09 octobre 2013 , Modifié à 16h02, le 09 octobre 2013

Le spectacle des questions au gouvernement du 9 octobre

#QAG - Pour la reprise de la session ordinaire, les questions d'actualité des députés au gouvernement repassent au rythme de deux séances hebdomadaires, le mardi et le mercredi.

Le Lab vous propose ses morceaux choisis de cette séance du 9 octobre.

>> La vidéo de l'incident de séance

Séance houleuse ce mercredi au lendemain de l'incident "de la poule". Les femmes de gauche de l'Assemblée, parlementaires et ministres, ayant décidé de faire une entrée, tardive et remarquée, dans l'Hémicycle. En réaction, des députés de droite quittent la séance. 

>> Goasguen tente de justifier les caquètements d’un député UMP

C’est la polémique actuelle à l’Assemblée. Pour moquer l’intervention d’une députée écolo, Véronique Massonneau, un député UMP a imité les caquètements d’une poule. "Du sexisme ordinaire" et des "repas trop arrosés" ont dénoncé la majorité, ministres comme parlementaires, réclamant au président de l’Assemblée, Claude Bartolone, des sanctions.

Interrogé sur le sujet en préambule des questions d’actualité, le député UMP de Paris Claude Goasguen a tenté de justifier l’épisode, tout en le trouvant "regrettable" : 

"

Ce sont des choses qui ne se font pas. Ca fait partie des énervements de séances nocturnes. Les séances de nuit sont souvent fastidieuses. Du sexisme ? Non, les coq aussi caquètent.

"

>> La pré-mise au point de Claude Bartolone 

 
En ouverture de la séance, le président de l'Assemblée, Claude Bartolone a tenu à adresser ses "amitiés"à Véronique Massonneau, rappelant qu'il avait convoqué une conférence des présidents à 16h15.
 

 
 
>> Les députées de gauche sèchent l'ouverture des #QAG
En réponse au dérapage du député apparenté UMP Philippe Le Ray, les députées de gauche ont décidé de ne pas siéger pour la séance des questions. 

>> Les députées de gauche, et Cécile Duflot, font une entrée remarquée dans l'Hémicycle

Après avoir boycotté l'ouverture de la séance pour protester, les députées socialistes et écologistes, accompagnées de Cécile Duflot et des ministres femmes, entrent dans l'hémicycle, avec quinze minutes de retard, sous les applaudissements nourris des élus de la majorité.
 
 

 

 
Des députés de droite quittent alors l'hémicycle en guise de protestation contre cet "happening".
 

 

Une réaction de l'opposition qui a eu le don d'énerver Claude Bartolone.
 

 
 
>> La droite raille ces "gesticulations"
Pour les quelques députés UMP restés dans l'hémicycle durant l'incident, la gauche ne fait que des "gesticulations" qui nourrissent l'antiparlementarisme.
 

 
 Une attitude moquée sur les bancs de la gauche.
 

 
>> Christian Jacob dénonce "une mascarade"
 
Face à ces incidents de séance, le président du groupe UMP, Christian Jacob, a pris la parole pour dénoncer "une mascarade". Et ne pas adresser d'excuses.

>> Ayrault à la rescousse de Hollande

Alors qu’il n’avait pas prévu de répondre à la question du député UMP Laurent Marcangeli, élu de Corse, Jean-Marc Ayrault décide de répondre aux attaques de l’élu d’opposition visant directement François Hollande.

"

Vous avez mis en cause le chef de l’Etat et je ne l‘accepte pas devant la représentation nationale. (…) Vous n’avez pas été digne du mandat qui vous a été confié.

"

 

Du rab sur le Lab

PlusPlus