Le vice-président du groupe UMP au Conseil de Paris rallie Anne Hidalgo

Publié à 17h29, le 08 janvier 2014 , Modifié à 17h41, le 08 janvier 2014

Le vice-président du groupe UMP au Conseil de Paris rallie Anne Hidalgo
Montage Maxppp.

L'actuel vice-président du groupe UMP au Conseil de Paris votera Anne Hidalgo en mars prochain. Thierry Coudert l'annonce dans une interview qu'il accorde au Monde. Etonnant ? Pas tant que ça.

Favorable au mariage et à l'adoption gay et au vote des immigrés, Thierry Coudert avait même voté le budget présenté par les socialistes en décembre 2012. Le vice-président du groupe n'avait même pas réclamé à l'UMP de place sur les listes de son arrondissement d'élection, le 17e.

Aujourd’'hui, je constate que cette campagne [de NKM, NDLR] présente un caractère un peu loufoque, qui ne contribue pas à la clarté du débat municipal et démocratique. [...]

NKM n’'est moderne que dans la forme, elle a repris les vieux poncifs de la droite traditionnelle. Et elle fait une campagne de 'looks', pas de débats d’'idées, ce qui donne libre cours aux batailles d’'egos.

Thierry Coudert se lance, dans la même interview, dans un plaidoyer pro-Hidalgo, qu'il a cotoyée durant ses années d'élection au Conseil de Paris :

La seule qui apporte à la fois un bilan, une vision de l’'avenir, et une crédibilité dans la fonction de maire, c’'est Anne Hidalgo.

Ce ralliment est-il la suite de tractations avec l'équipe de campagne de la candidate PS ? Non, assure son directeur de campagne Rémi Féraud, au Lab :

Il n'y a pas eu de négociation, ni de poste, ni rien. A ma connaissance, il ne sera pas sur la liste du 17e.

Une information confirmée par l'intéressé sur Twitter. Rémi Féraud, qui se réjouit sagement de cette annonce, préfère y voir le signe d'un rejet de la candidature de NKM :

Ça montre qu'une partie de la droite parisienne ne soutient pas NKM pour des raisons de fond. Ses arguments correspondent en partie  à ceux de Jean-François Martins.

Jean-François Martins, seul élu Modem de la capitale, avait lui aussi rallié Anne Hidalgo contre l'avis de son parti. Un positionnement lui valant un an de suspension du Modem.

Du rab sur le Lab

PlusPlus