L'élu FN qui veut se présenter contre Marine Le Pen suspendu du parti après ses critiques contre la direction

Publié à 12h50, le 20 novembre 2015 , Modifié à 13h43, le 20 novembre 2015

L'élu FN qui veut se présenter contre Marine Le Pen suspendu du parti après ses critiques contre la direction
Marine Le Pen © AFP

ACTION/RÉACTION – Après avoir été membre du cabinet de Nadine Morano, après s'être présenté aux élections législatives sous l'étiquette MoDem en 2012, Damien Guttierez se voyait bien prendre la place de Marine Le Pen au FN. Conseiller départemental et conseiller municipal du parti d'extrême droite, il avait exprimé cette ambition dans les colonnes de L'Express, mardi 17 novembre.

Ce vendredi, on apprend par Nice Matin que l'élu frontiste est suspendu du parti. En cause ? Non pas son envie de présenter sa candidature à la présidence du FN mais ses critiques, repris par L'Express, visant la direction du parti.

Contacté par le Lab, Nicolas Bay, secrétaire général du FN, précise :

 

Il a été suspendu. C'est une mesure conservatoire. Il sera convoqué devant la commission des conflits où il pourra se défendre, au plus tard fin janvier. Quand des gens critiquent ouvertement la direction du parti, on ne laisse pas passer.

Auprès du Lab, Marine Le Pen évacue le sujet, considérant qu'elle a autre chose "à faire en ce moment que d'évoquer le dingue de service", et nous appelant à "un peu de décence".

Mais qu'a bien pu dire Damien Guttierez pour s'attirer ainsi les foudres de Nanterre ? Dans L'Express, il fait état "de sérieuses négligences" commises selon lui par la direction du parti, et notamment les fameux kits de campagne pour lesquels la justice a ouvert une enquête. "Pourquoi nous a-t-on fourni ces kits ? Pour faire rentrer du cash ! Ils savaient que leurs candidats allaient réaliser plus de 5% des suffrages et que, financièrement, c'était une bonne opération", a-t-il déclaré.

Il s'est également montré hostile envers les Le Pen, souhaitant mettre fin à leur ère. "Personne n'est irremplaçable. Il ne manquerait plus que les Le Pen le soient ! Il y aura une vie politique au FN après leurs présidences", a-t-il ajouté, tout en souhaitant la victoire de Marion Maréchal–Le Pen aux régionales.

Changement de ton aujourd'hui. Dans un communiqué transmis à Nice Matin, Damien Guttierez assure ne pas avoir tenu ces propos. Il dit :

Je n'ai jamais présumé le caractère frauduleux et/ou intentionnel des conditions de mise à disposition des candidats des kits de campagne par la direction du FN. Ni reconnu l'obligation d'y souscrire aux dernières départementales.

"Ces propos sont quand même très clairement retranscris dans la presse", commente simplement Nicolas Bay, informé de ce démenti. Signe que la défense de Damien Guttierez ne sera pas aisée.

Avant Damien Guttierez, d'autres ont fait les frais d'une trop grande liberté de parole. Aymeric Chauprade, dont le rôle dans l'affaire Air Cocaïne reste trouble, a quitté le FN début novembre, estimant que le parti est devenu un "étouffoir" dans lequel "on ne peut pas penser".

En mai 2014, Joëlle Bergeron, élue au Parlement européen sur une liste FN, avait-elle été virée pour s'être déclarée favorable au droit de vote des étrangers, comme l’avait révélé le Lab.

Du rab sur le Lab

PlusPlus