Les questions au gouvernement du mardi 27 novembre

Publié à 13h39, le 27 novembre 2012 , Modifié à 16h11, le 27 novembre 2012

Les questions au gouvernement du mardi 27 novembre
(Maxppp)

#QAG - Sur fond de chaos à l'UMP, les députés se réunissaient ce mardi pour une séance de questions au gouvernement. 

Une séance de QAG marquée par la division au sein de la droite. Des députés s'organisent pour constituer un groupe UMP différent de celui de Jean-François Copé, président pde l'UMP proclamé par la commission des recours et contesté par les fillonistes.

Une ambiance agitée était attendu, mais c'est finalement une séance assez calme qui a eu lieu. 

Anecdote amusante, dans la matinée, des députés ne savaient plus vraiment à quelle heure ils devaient interpeler le gouvernement. En théorie, c'est 15 heures, mais Patrick Mennucci, côté PS, et Sophie Dion, de l'UMP ont visiblement mal configuré leurs agendas : 

J interviens à 14 heures dans l hémicycle : Ma question au Ministre de l'intérieur sur la sécurité à Marseille.

— patrickmennucci (@patrickmennucci) Novembre 27, 2012

Je vais interpeller #Montebourg dans l'hémicycle à 12h sur les difficultés rencontrées par le secteur du décolletage #HauteSavoie#directAN

— Sophie_Dion (@SophieDionBaud) Novembre 27, 2012

Au final, pas de division physique entre les députés fillonistes et copéistes, mais un départ massif des partisans de l'ancien Premier ministre peu avant la fin de la séance. En effet, François Fillon organisait une réunion à 16 heures. 

Suivez-ici en direct les questions au gouvernement à partir de 15 heures. 

[15h00] Claude Bartolone est arrivé. Début des questions au gouvernement. 

 [15h01] Première question sur le conflit israelo-palestinien. 

La première question vient du député du Front de gauche, François Asensi. Celui-ci demande à Laurent Fabius des précisions sur sa position dans la question et l'encourage à reconnaître l'Etat palestinien. "Grandissez la France, reconnaissez l'Etat palestinien", lance-t-il. 

Sur la résolution palestinienne à l'ONU, le ministre des Affaires étrangères fait savoir que la France votera "oui". 

"

Jeudi prochain, quand la question sera posée, la France répondra oui.

"

[15h06] La politique de l'emploi en question. 

"Le gouvernement n’est certes pas inactif mais il doit accélérer" assure le député du Val d’Oise, Jean-Noel Carpentier en rappellant la "liste de projets de licenciements, une liste éloquente qui fait froid dans le dos. […] Des vies suspendues, des projets brisés.""Quelles dispositions concrètes comptez vous prendre ?", interpelle le député radical.

"Le gouvernement prendra ses responsabilités car il y a des licenciements prononcés qui sont inadmissibles", répond Michel Sapin.

[15h10] Jean-Frécéric Poisson interroge le gouvernement sur le mariage homosexuel. 

Le député UMP dénonce ce qu'il considère comme un manque de concertation sur le sujet. Et le parlementaire vise la sortie du président de la République sur la "liberté de conscience". "Les conditions du débat ne sont pas réunies", considère-t-il. 

"Assez de ces manoeuvres dilatoires", répond Dominique Bertinotti. "Vous organisez le débat sur le débat", estime-t-elle. La ministre déléguée à la Famille justifie le débat mené par les socialistes, expliquant que les députés UMP sont souvent absents aux commissions lors desquelles le sujet est discuté.

[15h18] Les propos d'Arnaud Montebourg sur Mittal font polémique

<img src="http://i.imgur.com/bkojL.jpg" alt="" width="500" />

Les propos d'Arnaud Montebourg sur Mittal sont dans le viseur de la droite. "Vous mettez en danger 20.000 emplois en France", considère Anne Grommerch, députée fillonistes. L'élue reproche au ministre de faire peur aux investisseurs étrangers en France. 

"Les propos tenus à l'égard de Mittal n'étaient qu'un rappel à ces méthodes", se justifie le ministre. Au passage, il cite Thierry Breton, ancien ministre de l'Economie de la droite qui a déclaré que la prise de contrôle public temporaire pouvait être un outil. De même que Henri Guaino qui s'est montré favorable à cette idée dans la matinée. 

[15h23] Les bancs de la droite restent calmes, malgré les divisions internes. 

<img src="http://i.imgur.com/ozFIM.jpg" alt="" width="500" />

[15h24] Jean-Louis Borloo incarne l'opposition. 

Le patron de l'UDI dénonce les six premiers mois de François Hollande à l'Elysée. L'élu du Nord met le doigt sur la politique économique des socialistes. "C'est ce gouvernement qui mène le redressement du pays face au déclin que vous avez orchestré", rétorque Pierre Moscovici. 

Et il est encouragé par son député Yves Jégo : 

[15h28] Manuel Valls très concentré avant de répondre à une question. 

<img src="http://i.imgur.com/oPccM.jpg" alt="" width="500" />

[15h31] Et pendant ce temps, Lionnel Luca ne lâche pas son téléphone ... 

<img src="http://i.imgur.com/XUi8Z.jpg" alt="" width="500" />

[15h35] Bussereau, un soutien bienvenu pour Jean-Marc Ayrault ?

Dominique Bussereau soutient l'aéroport de Notre Dame des Landes, "un projet très utile", dit-il. Les écologistes s'insurgent, mines déconfites de Noël Mamère et François de Rugy. 

Le sujet divise la majorité. Frédéric Cuvillier passe au micro pour justifier le projet. "La radicalisation de certains opposants n'est pas acceptable. Mais nous devons comprendre les inquiétudes. Nous devons convaincre de bonne foi ceux qui n'ont pas encore été convaincus", estime-t-il.

"Nous souhaitons engager des discussions complémentaires sur les dispositions environnementales du projet", déclare-t-il au sujet de la "commission de dialogue" mise en place par le gouvernement.

[15h43] Grande discussion autour de Michèle Tabarot

[15h47] Conciliabule entre Manuel Valls et Jean-Marc Ayrault 

[15h49] Stéphane Le Foll fait référence au groupe parlementaire des follinistes.

Dans sa réponse à Philippe Folliot, député UDI, Stéphane Le Foll partage son plaisir d'avoir le soutien de l'UDI sur les questions agricoles. Et il précise qu'il a également l'appui du groupe socialiste, et espère avoir celui d'autres groupes "qui se multiplient en ce moment". 

[15h52] Tiens, un député fait la sieste ? Saurez-vous le retrouver ? 

[15h55] L'ambiance n'est pas tendue pour tout le monde à l'Assemblée. Certains passent aussi un bon moment. 

[15h58] Départ d'un certain nombre de députés de l'UMP. 

<img src="http://i.imgur.com/TCNQl.jpg" alt="" width="500" />

Départ massif sur les bancs de la droite, comme le remarque Hélène Bekmezian, journaliste du Monde, sur Twitter. A 16 heures, François Fillon organise une réunion de groupe, sans doute à l'origine de ce départ. 

Un mouvement remarqué par Frédéric Cuvillier qui prend la parole en signalant qu'il est "dommage" que les députés de droite quittent ainsi l'hémicycle "pour des raisons internes au parti". 

Parmi les députés UMP qui restent sur les bancs du Palais-Bourbon, NKM et Patrick Balkany. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus