L'ode à Twitter de la députée PS Michèle Delaunay

Publié à 13h47, le 28 décembre 2015 , Modifié à 15h20, le 28 décembre 2015

L'ode à Twitter de la députée PS Michèle Delaunay
Michèle Delaunay (à gauche) aux côtés de Marylise Lebranchu (à gauche) en train de faire un selfie à la sortie du conseil des ministres (2013) © PATRICK KOVARIK / AFP

Si Twitter est devenu un moyen de communication privilégié par les politiques, il n'en est pas moins risqué. L'instantanéité peut engendrer bourdes et banalités.

Mais ce n’est pas l’avis de Michèle Delaunay. Répondant à une tribune de l'écrivain Jean-Claude Guillebaud publiée dans Sud Ouest dimanche 27 décembre, la députée PS a écrit une note de blog qui fait l'éloge du tweet.

Alors que son "ami de trente ans" fustige le tweet, "vil produit de la dictature de l'instant [...] méprisable parce que bref, volatile parce qu'irréfléchi", l'ancienne ministre lui trouve tout plein de qualités. Et se fend même d’un "Twittare humanum est"

Mais alors, pourquoi Michèle Delaunay aime-t-elle tant Twitter ?

Eh bien tout d’abord parce que la brieveté d’un tweet le rend semblable aux maximes. Citant des auteurs moralistes, elle écrit :

 

"

Pensées, maximes et même proverbes, sont-ils de fait autre chose que des tweets qui ont réussi et traversé l’histoire ? Chamfort, Vauvenargues, Cioran, ont-ils jamais écrit autrement qu’en tweets ?

"

Deuxièmement, le tweet refuse le prolifique pour aller à l’essentiel. Il n’est donc pas irréfléchi, bien au contraire, selon l’élue de Gironde :

 

"

Les bons tweets sont des panneaux indicateurs qui dirigent soit vers l’ « actu », soit sur le chemin de la réflexion ; qui conduisent à un lien; qui incitent à lire un texte, un article, qu’on aurait pas eu l’idée d’aller voir ou le temps de découvrir dans la profusion de ce qui est publié.

"

Enfin, Michèle Delaunay balaie les trolls d’un revers de la main pour chanter les louanges des échanges sur Twitter  :

"

Et, bien que ce soit l’exception, combien de liens n’aurais-je pas noués avec de drôles de gens, comme par exemple des journalistes, retweetant un de mes tweets comme on ferait un clin d’oeil et comme je le fais moi-même de leurs tweets quand il me font rire ou m’interpellent.

"

Bref, Michèle Delaunay, 68 ans, 27 700 abonnés et 32 300 tweets à son actif, "invite tout un chacun à rejoindre la ligue de défense du tweet". Allons, c’est encore un peu Noël.

Du rab sur le Lab

PlusPlus