Mise en examen de Nicolas Sarkozy : Christiane Taubira apporte son soutien "aux magistrats qui seraient mis en cause"

Publié à 15h05, le 22 mars 2013 , Modifié à 15h10, le 22 mars 2013

Mise en examen de Nicolas Sarkozy : Christiane Taubira apporte son soutien "aux magistrats qui seraient mis en cause"

RIPOSTE - Dans un court communiqué, Christiane Taubira a fait savoir tout son soutien aux juges d'instruction ce 22 mars peu après 14h. Après la mise en examen de Nicolas Sarkozy par le juge Gentil, certains membres de l'UMP ont en effet mis en doute son impartialité , voire l'indépendance de ces magistrats en général.

Voici la réponse de Christiane Taubira :

Christiane TAUBIRA, garde des sceaux, ministre de la Justice rappelle que l’indépendance de l’autorité judiciaire est garantie par la Constitution.

Les juges d’instruction sont des magistrats du siège qui assurent leur mission en toute indépendance  et conformément au droit.

Elle regrette tous propos qui porteraient atteinte à l’honneur des juges etassure les magistrats qui seraient mis en cause de son soutien.

Invité d'Europe 1 le matin même, Henri Guaino a estimé que le juge Jean-Michel Gentil avait "déshonoré la justice" en mettant en examen l'ancien chef d'Etat :

Je conteste la façon dont il fait son travail. Je la trouve indigne, je trouve qu'il a déshonoré un homme, les institutions, la justice.

Cette décision est irresponsable, elle n'a pas tenu compte des conséquences qu'elle pouvait avoir sur l'image du pays, de la République, de nos institutions.

Je voudrais voir le juge d'instruction venir expliquer devant les Français et leur expliquer pourquoi, sur quel fondement, à parti de quel fait précis, concret irréfutable, il a pris une décision aussi lourde de conséquences.

De son côté, Claude Guéant est revenu sur la réforme proposée justement sous le mandat de Nicolas Sarkozy pour faire disparaitre les juges d'instruction. Il estime que ces derniers ne sont pas tous capables d'instruire à charge et à décharge de façon impartiale :

Nicolas Sarkozy avait conçu une réforme de l’instruction. Je dois dire que ce qu’il se passe là tendrait à montrer que, peut-être, il y a des motifs à modifier l’instruction dans notre pays.

L’instruction à charge et à décharge c’est un magnifique principe. Beaucoup de juges d’instruction s’y tiennent mais tous n’y parviennent pas. Parce que simplement ce sont des hommes comme les autres.

Autre critique sur l'"indépendance de la justice" par Patrick Ollier, lui aussi ancien ministre de Nicolas Sarkozy :

À l'évidence, cette initiative du juge s'apparente plus à une instrumentalisation de la justice, et à un acharnement lié à la médiatisation d'une affaire, sans apparaître réellement comme une recherche de la vérité respectueuse de la présomption d'innocence.

Du rab sur le Lab

PlusPlus