Où l’on apprend qu’Anne Hidalgo ne participe plus aux réunions nationales du PS depuis deux ans

Publié à 07h22, le 19 décembre 2016 , Modifié à 07h22, le 19 décembre 2016

Où l’on apprend qu’Anne Hidalgo ne participe plus aux réunions nationales du PS depuis deux ans
Anne Hidalgo © EMMANUEL DUNAND / AFP

Cela fait un peu plus de deux ans qu’Anne Hidalgo a été élue maire de Paris, après avoir été la première adjointe de Bertrand Delanoë pendant 13 ans. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que son nouveau statut l’a éloignée des affaires courantes du PS. Le Figaro révèle ce lundi 19 décembre que cela fait deux ans qu’elle ne participe plus à aucune réunion nationale du PS. Soit, à quelques mois près, depuis qu’elle est à la tête de la capitale.

Et pour justifier cette absence, l’entourage d’Anne Hidalgo fait comprendre qu’elle a désormais mieux à faire. Notamment en tant que présidente du Cities 40, un réseau de grandes villes du monde entier en lutte contre les dérèglements climatiques. Cité par le quotidien, un communiquant la qualifie de "leader mondiale des maires les plus influents, représentant ensemble 650 millions de citoyens et dont les territoires génèrent 25 % du PIB mondial".

Tout cela est manifestement plus intéressant (et sans doute chronophage) à ses yeux pour qu’elle continue de se mêler des affaires internes d’un PS fracturé. Après le renoncement de François Hollande, Anne Hidalgo a toutefois apporté son soutien quasi-immédiat à Vincent Peillon. D’après certaines rumeurs, elle serait même à l’origine de sa candidature avec l’aide de son homologue de Lille Martine Aubry.

Ce soutien à l’ancien ministre de l’Éducation nationale marque en creux une opposition à la candidature de Manuel Valls, avec lequel ses relations sont exécrables. Preuve qu’Anne Hidalgo, même éloignée des affaires internes du PS, s’en mêle encore sporadiquement. En septembre, elle révélait ainsi avoir menacé François Hollande de quitter le PS à cause de la déchéance de nationalité.

Du rab sur le Lab

PlusPlus