Patrick Mennucci réclame une nouvelle fois la légalisation du cannabis après le triple meurtre à Marseille

Publié à 15h19, le 03 avril 2016 , Modifié à 15h19, le 03 avril 2016

Patrick Mennucci réclame une nouvelle fois la légalisation du cannabis après le triple meurtre à Marseille
Patrick Mennucci © ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP

Lors du remaniement ministériel du 11 février, le député PS Patrick Mennucci s’était félicité de voir entrer au gouvernement un partisan de la légalisation du cannabis, Jean-Michel Baylet. Mais le nouveau ministre de l’Aménagement du territoire l’avait stoppé dans son élan en estimant quelques jours plus tard que ce n’était "pas son rôle".

Heureusement, Patrick Mennucci n’est pas du genre à se laisser abattre. Et continue de défendre corps et âme la légalisation du cannabis dès que l’occasion se présente.

Nouvel exemple ce dimanche 3 avril. Après le triple meurtre commis samedi dans le 15e arrondissement de Marseille, probablement un règlement de comptes sur fond de trafic de drogue, le député des Bouches-du-Rhône a jugé qu’il fallait rouvrir le dossier de la légalisation. Il avance pour cela des chiffres édifiants à La Provence :

 

"

Nous avons dans notre pays 6 millions de consommateurs réguliers, 9 millions occasionnels et 17 millions qui ont déjà expérimenté le cannabis. Tant qu'un tel marché existera et demeurera dans l'illégalité des groupes de malfaiteurs se battront pour le contrôler.

"

 

"Rendez vous compte : c'est 15% des forces de police qui sont mobilisées sur le trafic de cannabis, c'est énorme", précise l’élu marseillais à l’AFP. "C'est pourquoi j'ai demandé au président de l'Assemblée nationale de mettre en place un groupe de travail (...) pour rouvrir le débat sur la dépénalisation du cannabis."

Mais après l’abandon en règle de Jean-Michel Baylet, le gouvernement pourrait-il s’emparer du dossier de la légalisation ? Cela ne semble pas forcément à l’ordre du jour. Dans la nuit du samedi 2 au dimanche 3 avril, le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve n’a pas évoqué la question épineuse de la ganja, réaffirmant "la détermination absolue du gouvernement à éradiquer la criminalité organisée".

Dimanche 27 mars, Julien Dray, partisan de longue date d’une légalisation du cannabis, était allé plus loin en expliquant que "la plupart de ceux qui ont basculé dans le terrorisme ont commencé dans la délinquance, et souvent dans la délinquance du trafic de stupéfiants". Pour le conseiller régional d’Ile-de-France, le trafic de drogue, devenu selon lui une "industrie", est "à la racine de bien des dérives".

Du rab sur le Lab

PlusPlus