Pour Gilbert Collard, François Fillon était "le larbin qui époussette la moquette" de Nicolas Sarkozy

Publié à 08h59, le 09 octobre 2013 , Modifié à 09h12, le 09 octobre 2013

Pour Gilbert Collard, François Fillon était "le larbin qui époussette la moquette" de Nicolas Sarkozy
Gilbert Collard sur France 2 le 9 octobre 2013 (image France 2).

Avant chaque passage média, Gilbert Collard aiguise ses formules. C'est François Fillon qui en fait les frais ce 9 octobre sur France 2. Alors qu'on lui demande ce qu'il pense des vélléités présidentielles de l'ex-Premier ministre et de ses attaques contre Nicolas Sarkozy, il répond :

D’abord je n’arrive pas à comprendre qu’on puisse servir quelqu’un pendant des années, un peu avec des airs de larbin qui époussette la moquette.

Fillon, il était toujours dans l’ombre de l’ombre d l’ombre de Sarkozy.

Et aujourd’hui il veut être le remplaçant de service. Il pourrait le faire avec plus d’élégance et de respect pour les fonctions qu’il a occupé.

Et le député Rassemblement bleu marine d'invoquer le "respect" pour les gens pour qui on a travaillé :

On ne peut pas faire comme si on n’avait pas été Premier ministre ou ministre, on doit un certain respect aux gens qu’on sert.

BONUS TRACK

Alors qu'on lui demande s'il a perdu des clients depuis qu'il est officiellement engagé auprès du Front national, en tant qu'élu RMB, Gilbert Collard estime qu'il n'a fait que perdre "les bobos" :

J’ai perdu beaucoup de clients qui n’étaient pas membres du FN, qui étaient bobos. J’ai perdu les bobos.

J’ai récupéré quelques clients qui sont du Front et d’autres qui n’étaient pas du Front. Je crois que les gens préfèrent le bon médecin du Front au mauvais médecin de gauche.

En mars, l'avocat expliquait différemment son changement de clientèle :

Depuis que j’ai rejoint Marine, j’ai perdu mes clients du grand banditisme et gagné des victimes.

Du rab sur le Lab

PlusPlus