Pour Gilbert Collard, Jean-Marie Le Pen devrait se retirer de lui-même du FN

Publié à 07h25, le 28 avril 2015 , Modifié à 08h54, le 28 avril 2015

Pour Gilbert Collard, Jean-Marie Le Pen devrait se retirer de lui-même du FN
Gilbert Collard conseillant à Jean-Marie Le Pen de prendre du recul. © PASCAL GUYOT / AFP

JE VOUS DEMANDE DE VOUS ARRÊTER – Allez hop, tout le monde à la retraite. Après Florian Philippot qui demande à Nicolas Sarkozy d’arrêter la politique, c’est le député proche de Marine Le Pen et secrétaire général du Rassemblement bleu marine, Gilbert Collard, qui demande à Jean-Marie Le Pen - sur qui pèse désormais des soupçons de compte caché en Suisse - de se retirer.

Voilà qui ne devrait pas apaiser les relations au FN avant l’épreuve du 1er mai où le fondateur du FN sera privé de tribune par sa fille mais compte néanmoins s’exprimer. Et ce, à trois jours du bureau exécutif du parti d’extrême droite qui doit décider d’éventuelles sanctions contre Jean-Marie Le Pen.

Sauf que Gilbert Collard n’est (toujours) pas encarté au FN. Sur iTélé, lundi 27 avril, il donne néanmoins son avis tranché sur la question de l’exclusion du patriarche frontiste. Il y était "farouchement pour" mais "ne veut pas céder" devant "la pression médiatique". Pour autant, le député RBM assure que "les propos tenus par Jean-Marie Le Pen ne correspondent plus du tout à ce que l’on veut entendre, ce que l’on veut dire". Il ajoute :

"

Tout en reconnaissant ce qu’il a fait – parce que Marine n’est pas venue de nulle part, elle est partie du porte-avion que Jean-Marie Le Pen avait amené – je pense qu’il y a un moment ou le vent de l’histoire et le poids des ans exige que l’on accepte que le rideau tombe. Il devrait de lui-même, par considération pour le parti, se retirer parce qu’il est en train de créer des conflits qui n’ont pas lieu d’être.

"

"Il faudrait qu’il dise qu’il regrette de s’être enfermé dans ce discours un peu monomaniaque qui correspond à une période verbale de l’histoire", poursuit le secrétaire général du Rassemblement bleu marine, sur la même ligne que celle exprimée le 9 avril par Florian Philippot.

Peu auparavant, toujours sur iTélé, Florian Philippot, qui lui est numéro 2 du FN, se défendait d’avoir demandé l’exclusion du père de Marine Le Pen. Et critiquait ouvertement ceux qui l’avaient fait "publiquement". Le 14 avril pourtant, Le Canard Enchaîné assurait que l'eurodéputé avait menacé de démissionner si Marine Le Pen ne sanctionnait pas Jean-Marie Le Pen.

Du rab sur le Lab

PlusPlus