Pour Bruno Le Roux, Montebourg sera "peut-être plus à l’aise comme Directeur général d’Habitat que comme ministre de l’Économie"

Publié à 10h58, le 20 mars 2015 , Modifié à 11h47, le 20 mars 2015

Pour Bruno Le Roux, Montebourg sera "peut-être plus à l’aise comme Directeur général d’Habitat que comme ministre de l’Économie"
Bruno Le Roux © PIERRE ANDRIEU / AFP

Il l'a annoncé jeudi au Monde, Arnaud Montebourg rejoint le groupe d'ameublement Habitat en qualité de vice-président du conseil de surveillance. Pour l'ancien ministre de l'Economie, qui ne faisait plus mystère de sa volonté de rejoindre le monde l'entreprise depuis sa sortie du gouvernement en août dernier, ce sera l'occasion de "tenter dans le privé" ce qu'il "n'a pas réussi dans le public", "tout en gardant l’esprit d’audace créative [qu'il a] essayé d’insuffler lorsqu['il] était ministre". Une nouvelle page dans la carrière d'Arnaud "superman" Montebourg qui suscite les réactions.

Interrogé sur cette reconversion le président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale Bruno Le Roux, invité de Radio Classique/LCI, vendredi 20 mars, a répondu non sans acidité:

"

Je pense qu’il ne faut pas être troublé. Peut être verrons nous qu’il est plus à l’aise comme Directeur général d’Habitat que comme ministre de l’Economie.

"

Relancé par le journaliste de Radio Classique Guillaume Durand, Bruno Le Roux adoucit ses propos: 

"

- Guillaume Durand: Donc c'est un mauvais ministre? Il est à côté de ses pompes?



- Bruno Le Roux : Mais je ne dis pas cela. Je dis simplement qu’il a choisi de quitter le gouvernement, il fait autre chose aujourd’hui. Je respecte ce choix. Il n’a pas à être montré du doigt aujourd’hui. 

"

Plus tôt, le patron des députés PS avait même semblé défendre le choix de l'ancien ministre de l'Economie de rejoindre le secteur privé, non sans insister sur les raisons qui ont, selon lui, conduit au départ d'Arnaud Montebourg du gouvernement. Il a dit:

"

Je considère que la vie publique n’est pas un métier. Je pense qu’il a raison. Il a voulu arrêter parce qu’il avait un désaccord sur la politique telle qu’elle était menée. Peut être il n’en pouvait plus. Il avait besoin de respirer. Il décide d’aller dans le privé. C’est pas parce qu’il travaille pour Habitat demain que j’irai le pointer du doigt en disant qu’il a trahi quelque chose. On peut aujourd’hui créer de la richesse, s’occuper de salariés […] Ce n’est ni trahir son pays, ni trahir ses valeurs, que de travailler pour le secteur privé.

"

 

[Bonus Track] Un vaste remaniement post-départementales? "C'est de la science-fiction"

Après Stéphane Le Foll jeudi, c'est Bruno Le Roux qui rafraîchit les ardeurs de ceux qui espèrent un vaste remaniement du gouvernement après les élections départementales. "C’est de la science fiction", assure le patron des députés PS qui n'écarte pas, pour autant, le remplacement de quelques ministres, partis se concentrer sur des enjeux locaux comme les élections régionales de décembre prochain.

Bruno Le Roux avertit même les électeurs: qu'il n'aillent pas voter dimanche en pensant à un remaniement , ils risqueraient fort d'être déçus. Il déclare:

"

S’ils se disent qu’en n’allant pas voter dimanche ils obtiendront un remaniement, ils seront déçus il n’y en aura pas ensuite. La priorité c’est le vote dimanche et je pense que l’heure n’est pas à un remaniement.

"

Du rab sur le Lab

PlusPlus