Pour les frondeurs du PS, "le ministre anonyme" qui a proposé des fusions PS/LR est Jean-Marie Le Guen

Publié à 08h04, le 18 septembre 2015 , Modifié à 08h09, le 18 septembre 2015

Pour les frondeurs du PS, "le ministre anonyme" qui a proposé des fusions PS/LR est Jean-Marie Le Guen

CA BALANCE - Lundi matin, au moment où Jean-Christophe Cambadélis, dans une interview à Libération, ouvrait la porte à l’enterrement du front républicain pour les régionales, un ministre "anonyme" et "influent" jetait, via France Info, un pavé dans la marre en proposant des alliances et des fusions de listes entre les deux tours entre le PS et Les Républicains. Une proposition aussitôt balayée d’un revers de main par l’opposition de droite et qui n’a pas trouvé de francs soutiens au PS, si ce n’est le député classé à droite du parti, Christophe Caresche.

Le patron du PS avait alors pesté contre cette sortie ministérielle anonyme, sommant l’auteur de se "nommer" ou de "se la fermer". Il a vraiment préféré la seconde solution. 

Depuis, journalistes comme politiques mènent l’enquête. Et les frondeurs du PS ont bien une petite idée de quel membre du gouvernement se cache derrière cette proposition pour le moins iconoclaste. C’est le trublion de Canal+, Cyrille Eldin, qui dans sa pastille quotidienne "Eldin rapporteur" poursuit l’investigation.

Jeudi 17 septembre, dans le Grand Journal, Cyrille Eldin part à la pêche aux infos en salle des Quatre colonnes à l’Assemblée nationale. Premier témoin interrogé, le député frondeur Laurent Baumel. Qui commence par donner une piste à son interlocuteur :

Quelque chose me dit que tout le monde sait qui c’est. Un ministre qui aime bien les provocations, qui aime bien à mettre un peu le feu. C’est un nom composé.

"Jean-Yves Le Drian ?" lui rétorque Cyrille Eldin. "Pas forcément", sourit dans un premier temps le parlementaire qui, interrogé sur l’hypothèse que ce ministre "anonyme" soit Jean-Marie Le Guen, le secrétaire d’Etat aux relations avec le Parlement - que les frondeurs appellent "ministre des tensions avec le Parlement" -, lance :

Ah bah c’est ptet ça oui. Je n’ai pas la preuve. Ce que je dis c’est que ça lui ressemble mais comme c’est anonyme, on n’a pas la preuve.

L’humoriste de la chaîne cryptée va ensuite voir l’ancien ministre devenu frondeur intermittent, François Lamy. Il lui demande où est Jean-Marie Le Guen. Et la réponse de ce proche de Martine Aubry fuse :

Le ministre influent et anonyme ?

Une séquence isolée par le Lab :

Jeudi 17 septembre, sur LCI, Jean-Marie Le Guen a contré les arguments des frondeurs en expliquant ne pas être favorable à des alliances. Mais avec Christian Estrosi ou Xavier Bertrand. En dehors des deux régions où ces personnalités sont candidates, en revanche...

Du rab sur le Lab

PlusPlus