Pour Sapin, Hollande doit se présenter en 2017 car personne n’est mieux placé que lui pour faire gagner la gauche

Publié à 11h37, le 20 mars 2016 , Modifié à 11h40, le 20 mars 2016

Pour Sapin, Hollande doit se présenter en 2017 car personne n’est mieux placé que lui pour faire gagner la gauche
Michel Sapin. © Capture d'écran iTélé.

FIDÉLITÉ - C’est beau la loyauté politique. Ami de trente ans de François Hollande, Michel Sapin reste et restera d’une absolue fidélité au chef de l’Etat. Invité du Grand Rendez-Vous iTélé/Europe 1/Le Monde ce dimanche 20 mars, le ministre des Finances a "évidemment" souhaité que François Hollande rempile pour un deuxième mandat.

Sans s’engager pour ou contre une primaire à gauche, Michel Sapin a balancé un argument béton pour défendre une nouvelle candidature du président sortant : il n'y a pas de meilleur choix si la gauche veut rester à l'Elysée. Ce qui pourrait s'apparenter comme un choix par défaut. Selon le patron de Bercy, si François Hollande doit être candidat, c’est donc parce qu’il n’y a personne à gauche de mieux placé que lui pour l’emporter en 2017. Comme Obi-Wan Kenobi pour la Princesse Leia dans la premier épisode de la première trilogie Star Wars, François Hollande est donc "le seul espoir" de la gauche pour 2017, selon Michel Sapin. Qui dit :

"

Une élection ce n’est pas le résultat d’un souhait, c’est le résultat d’une action. (…) Aucun parti aujourd’hui n’est sûr de gagner. Connaissez-vous un candidat à gauche mieux placé que le président de la République actuel pour gagner les prochaines élections ? Je n’en connais pas.

"

En résumé, la gauche et le PS doivent prendre François Hollande pour candidat car il n’y a personne d’autres. Personne à part Manuel Valls peut-être ? C’est ce que pensait en juin 2015 un "ami du président" qui déclarait à L’Opinion :

"

François a fait le vide autour de lui, il ne reste que Valls.

"

[BONUS TRACK] Mes respects au PS

Le front républicain pour faire barrage au FN divise la droite et particulièrement Les Républicains (ce ne sont pas Nathalie Kosciusko-Morizet et Nicolas Sarkozy, opposés sur la question, qui vont dire le contraire). Le sujet a encore cristallisé les tensions lors des dernières élections régionales où plusieurs candidats LR se sont imposés grâce notamment aux voix socialistes, permettant de faire barrage au Front national comme en Nord-Pas-de-Calais-Picardie (devenue Hauts-de-France) ou en PACA. Interrogé sur la politique française ce dimanche 20 mars, Wolfgang Schäuble, le ministre des Finances allemand issu de la CDU, la droite allemande d’Angela Merkel, a dit "son respect" pour le Parti socialiste pour avoir fait barrage au parti de Marine Le Pen :

 

"

J’espère que Marine Le Pen ne gagnera pas les élections. J’ai beaucoup de respect pour le Parti socialiste français, notamment lors des élections régionales. Au deuxième tour, le parti a fait preuve de son esprit de responsabilité et ça a fonctionné

"

Du rab sur le Lab

PlusPlus