Pour un délégué régional des Jeunes de la Droite populaire (UMP), les femmes qui avortent sont des "nazies"

Publié à 16h38, le 22 décembre 2013 , Modifié à 07h17, le 23 décembre 2013

Pour un délégué régional des Jeunes de la Droite populaire (UMP), les femmes qui avortent sont des "nazies"
Capture d'écran du tweet de Jean-René Laget, dimanche 22 décembre 2013.

GODWIN - Les femmes qui se font avorter sont des "nazies". C'est ce qu'a affirmé Jean-René Laget, délégué régional des Jeunes de la Droite populaires en PACA, la frange jeunes de la Droite populaire à l'UMP, sur son compte Twitter dans la nuit de samedi à dimanche 22 décembre.

Alors que le gouvernement espagnol veut faire adopter un projet de loi limitant fortement l'accession des femmes à l'avortement - provoquant la colère de la porte-parole du gouvernement français, Najat Vallaud-Belkacem - le jeune homme s'épanche vers 2h du matin sur son compte Twitter. Son tweet, toujours en ligne dimanche à 16h30, indiquait :

Le délégué des Jeunes de la Droite populaire se réjouit ainsi de l'initiative d'un gouvernement espagnol qui "reviendrait à la raison" pour ne pas participer "au plus grand génocide sur cent ans".

Les réseaux sociaux ont commencé à se faire l'écho de cet amalgame douteux, mais Jean-René Laget a persisté dans un dialogue avec une autre usagère de Twitter. Dialogue consultable dans la capture d'écran ci-dessous :

Capture d'écran du compte de Jean-René Laget, Dimanche 22 décembre à 16h20.

Lors d'autres échanges avec des internautes, Jean-René Laget a précisé qu'il ne pensait pas que les femmes subissant une IVG étaient "forcément"égoïstes ou nazies car il excluait les "viols" et les "avortements thérapeutiques".

Il a ajouté être "fier" de ses propos :

Les "Jeunes de la droite populaire", dont le président est Pierre Gentillet, n'avaient pas réagi dimanche après-midi.

Pas plus que les représentants de la Droite populaireà l'UMP, parmi lesquels Lionnel Luca, député des Alpes-Maritimes.

[Edit 17h30] Valérie Debord, adjointe au maire UMP de Nancy, a en revanche tenu à réagir à ces propos :

[Edit 19h avec ajout d'un nouveau tweet de Jean-René Laget]

[Edit 23 décembre] Dans une lettre ouverte à Jean-François Copé, le président de l’UMP, Jean-René Laget s’explique sur son tweet et annonce démissionner de l’UMP.  Ainsi écrit-il :

Monsieur le Président,

C’est avec le plus grand regret que je vous présente ma démission (forcée) du parti dans lequel je me trouvais plutôt bien jusqu’à présent, y comptant de nombreux amis.
Par cette présente lettre ouverte, j’informe également le Vice-Président de l’UMP et Député des Français de l’Etranger, Thierry MARIANI, leader du Mouvement de La Droite Populaire au sein de l’UMP, ainsi que Pierre GENTILLET, Président des Jeunes de La Droite Populaire, de ma démission des fonctions de Délégué Régional PACA et Délégué Départemental Alpes Maritimes du mouvement jeune.

Et d’accuser Christian Estrosi, le maire UMP de Nice :

Cette décision fait suite à ma suspension injustifiée et inqualifiable par Christian Estrosi, Président de la Fédération des Alpes Maritimes, sans avoir réuni le Comité Départemental, qui d’ailleurs ne se réunit plus beaucoup pour ainsi dire jamais.

"Je ne doute pas que vous prendrez les bonnes décisions dans cet arbitrage nécessaire, urgent et surtout : GROTESQUE", conclut-il.

 

Du rab sur le Lab

PlusPlus