Primaire à gauche : Arnaud Montebourg fait monter la pression et menace d'y aller seul

Publié à 09h38, le 22 mai 2016 , Modifié à 09h38, le 22 mai 2016

Primaire à gauche : Arnaud Montebourg fait monter la pression et menace d'y aller seul
Arnaud Montebourg au Mont Beuvray. © AFP

En annonçant au Mont Beuvray son souhait de bâtir un "grand projet alternatif pour la France", Arnaud Montebourg a un mis un doigt de plus dans l’engrenage d’une candidature présidentielle. Quelques jours plus tard, il a lancé son site internet participatif façon Désir d’avenir et baptisé "Le Projet France". Un signe de plus de ses ambitions. 

Ce dimanche 22 mai, dans les colonnes du Parisien, l’ancien ministre du Redressement productif va encore plus loin dans son initiative "élyséenne". Arnaud Montebourg y qualifie sa possibilité de sa candidature à une primaire de la gauche "d’hypothèse réaliste". Une primaire pour laquelle il milite avec ferveur, lui qui a été le grand organisateur de celle de 2011 (à la quelle il a fini troisième homme derrière François Hollande et Martine Aubry). Il dit :

"

La primaire est indispensable : c’est l’outil de l’unité. Sans primaire, l’élimination de la gauche dès le premier tour est garantie et programmée.

"

Et de rappeler que ce scrutin figure dans les statuts du PS et qu’il soutient les militants qui ont saisi la justice pour les faire respecter. L’ancien ministre de l’Economie viré du gouvernement à l’été 2014 par Manuel Valls et François Hollande estime qu’un "vote avant la Noël paraît sérieux". Ce qui correspond peu ou prou au calendrier fixé par le Parti socialiste même si une primaire des gauches semble plutôt mal embarquée.

Cependant, en cas d’absence de primaire, Arnaud Montebourg fait monter la pression et menace d’une candidature en solitaire en 2017. "S’il n’y a pas de primaire, il est évident que je ferai usage de ma liberté", lâche-t-il, évasif sans tromper personne sur ses intentions.

[BONUS TRACK] #MacronDémission

Arnaud Montebourg n’est pas le plus grand fan d’Emmanuel Macron, son successeur à Bercy. Un Emmanuel Macron qui pense aussi à 2017 en se rasant le matin et qui a lancé son mouvement "En Marche!" en parallèle d’un site lui-aussi participatif. Une démarche concurrente à celle d’Arnaud Montebourg ? Ce dernier affirme ne "pas se situer par rapport à d’autres" mais souligne que la position du ministre de l’Economie est difficilement tenable. Il dit :

 

"

Elle me paraît peu compatible avec l’exercice des lourdes fonctions qu’il occupe.

"

 

A LIRE AUSSI SUR LE LAB :

L'entourage d'Arnaud Montebourg lui évite de quitter le mont Beuvray en 4x4 Mitsubishi en lui dégotant une Clio pourrie

Quand Thierry Mandon compare audacieusement Arnaud Montebourg au Général de Gaulle

A LIRE AUSSI SUR EUROPE1.FR :

2017 : Montebourg met en ligne un site baptisé "Le Projet France"

Qui sont les soutiens d'Arnaud Montebourg ?

Du rab sur le Lab

PlusPlus