Qualifié de "parrain" par Dominique Voynet, le président PS de l’Assemblée et député de Seine-Saint-Denis, Claude Bartolone, réplique

Publié à 10h13, le 12 décembre 2013 , Modifié à 10h13, le 12 décembre 2013

Qualifié de "parrain" par Dominique Voynet, le président PS de l’Assemblée et député de Seine-Saint-Denis, Claude Bartolone, réplique
Claude Bartolone sur BFM TV. (Capture d'écran)

LE SICILIEN – "C’est vrai que j’ai des origines siciliennes. C’est vrai que j’ai une bague au doigt. C’est mon alliance." C’est avec humour et un large sourire que Claude Bartolone a déminé, ce jeudi 12 décembre sur BFM TV, les accusations de Dominique Voynet, le qualifiant non sans amertume de "parrain". Et d'accuser à son tour l'écologiste sur la manière dont elle a annoncé son départ de Montreuil.

"

Pour autant, je vais être très mesuré dans mes propos car je pense aux militants écologistes, aux habitants de Montreuil qui ont appris par la télé le départ de Dominique Voynet.

"

Après avoir annoncé qu’elle ne briguerait pas sa propre succession à la mairie de Montreuil, l’ancienne candidate écolo à la présidentielle de 2007 avait déclaré sur la même antenne de BFM TV qu’elle n’avait pas voulu "baiser la bague du parrain" et qu’on ne commentait "pas impunément les faits et gestes des parrains". Une attaque dans laquelle elle ne citait pas de nom mais reconnaissait cibler le président socialiste de l’Assemblée nationale.

Deuxième strate de la réplique de Claude Bartolone face à cette attaque : dénoncer le parcours électoral de Dominique Voynet et son pseudo-attachement à la ville de Montreuil.

"

Je voudrais simplement lui faire remarquer que de 1984 à 2002, elle a été conseillère municipale de Dole, conseillère générale du Jura, conseillère régionale, députée. Et elle en est partie. Et à l’époque, je n’ai jamais été dans le Jura...

Pour réussir en politique, il faut aimer son territoire et les habitants de son territoire. Posez la question aux habitants de Montreuil.

"

En effet, Dominique Voynet a débuté sa carrière élective comme conseillère municipale de Dole (1989-2004), étant ensuite parallèlement conseillère régionale de Franche-Comté et conseillère générale du Jura. Jusqu’en 2004, année où elle entre au Palais du Luxembourg comme sénatrice de Seine-Saint-Denis. Avant de ravir en 2008 la mairie de Montreuil. Avec l’aval de Claude Bartolone.

Régulièrement surnommé par ses adversaires "Don Barto" ou le "parrain" pour sa capacité à placer ses pions dans son département, Claude Bartolone avait balayé ces accusations, au Monde, d’un revers de la main :

"

C’est n’importe quoi.

"

Opposant communiste au député socialiste de Seine-Saint-Denis et candidat pour récupérer la mairie de Montreuil aux prochaines municipales, Jean-Pierre Brard a un surnom différent pour Claude Bartolone. Et d’ironiser, à Paris-Match dans un article intitulé "Claude Bartolone, le parrain du 9-3" :

"

Certains l’appellent "le Parrain", moi, je préfère "l’Attila sicilien".

"

Du rab sur le Lab

PlusPlus