Quand le Bloc identitaire refoule de sa convention un journaliste de l’AFP

Publié à 15h00, le 04 novembre 2012 , Modifié à 15h00, le 04 novembre 2012

Quand le Bloc identitaire refoule de sa convention un journaliste de l’AFP
Près de 600 sympathisants étaient présents à la convention du Bloc identitaire, à Orange, le samedi 3 novembre 2012. (Maxppp)

CENSURE – Le Bloc identitaire a refoulé, dimanche 4 novembre, le journaliste de l’AFP couvrant sa convention à Orange. En cause ? "Une couverture déséquilibrée" de la manifestation. Par solidarité, le journaliste du Monde a décidé de quitter l’événement.

  1. "Cette mesure est inacceptable"

    Ils ont fait parler d'eux en occupant le chantier de la future mosquée de Poitiers le 20 octobre, évoquant alors la figure de Charles Martel. Deux ans auparavant, leur "coup" médiatique était dû à l'organisation d'un apéro "saucisson-pinard"à Paris contre l'"islamisation".

    Ce week-end, les membres du Bloc identitaire, réunis à Orange, dans le Vaucluse, pour leur convention, ont de nouveau fait parler d’eux en refoulant, dimanche 4 novembre, le journaliste de l’AFP chargé de couvrir l’événement.

    En cause, selon eux, sa "couverture déséquilibrée" de la manifestation. Dans le viseur en particulier, une dépêche qui aurait donné trop d'importance à l'intervention, samedi, du député européen italien de la Ligue du Nord, Mario Borghezio. Ce dernier avait été ovationné lorsqu'il avait lancé :

    Vive les Blancs de l'Europe, vive notre identité, notre ethnie, notre race.

    Un fait qui a provoqué l’ire du directeur de l’information de l’agence de presse, Philippe Massonet :

    Cette mesure est inacceptable et nous espérons que l'AFP pourra couvrir normalement la fin de cette manifestation.

    Interrogé, le président du Bloc identitaire Fabrice Robert a confirmé au journaliste de l'AFP que son accréditation était refusée dimanche. Il n'a pas souhaité donner plus d'explication dans l'immédiat.

    En réaction face à cette censure, le journaliste du Monde spécialiste de l’extrême-droite, Abel Mestre, a décidé par solidarité de quitter la convention du Bloc identitaire.

    Une annonce qu’il a faite d’abord sur Twitter :

    Et le journaliste du quotidien du soir de développer et d’expliquer son geste, sur son blog Droite(s) extrême(s) :

    La direction du Bloc identitaire a interdit d'entrée à sa convention dimanche 4 novembre  à Orange  le journaliste de l'AFP pour une dépêche de la veille qui relatait la diatribe racialiste tenue publiquement à la tribune par l'un de ses invités vedettes.

    Cette interdiction a été notifiée à notre confrère par le "service de sécurité" des Identitaires, après des notifications verbales plus informelles dans son hôtel.
    Le Monde a du coup décidé de quitter la convention par solidarité.

    Et d'ajouter ensuite :

    Ce comportement est en tout cas un signe de plus de la radicalisation - à demie assumée- du Bloc Identitaire.

    Samedi, le Lab s'était intéressé aux personnes extérieures au Bloc identitaire mais présentes à leurs tables rondes. Parmi les intervenants remarquées figuraient celle de l'ancien député de l'UMP Christian Vanneste, ou du président du Bloc identitaire, Fabrice Robert.

Du rab sur le Lab

PlusPlus