Qui pour remplacer Aubry ? Bartolone se positionne timidement pour Cambadélis

Publié à 15h09, le 25 août 2012 , Modifié à 15h20, le 25 août 2012

Qui pour remplacer Aubry ? Bartolone se positionne timidement pour Cambadélis
Jean-Christophe Cambadélis et Claude Bartolone en 2010 (Maxppp)

Il est le premier à se positionner publiquement... mais timidement. Ce 25 août, en marge de l'université d'été socialiste de La Rochelle, Claude Bartolone a confié au JDD.fr sa préférence quant au successeur de Martine Aubry.

Pour le président de l'Assemblée nationale, c'est Jean-Christophe Cambadélis qui "a le profil".

Mais, attention, il ne veut surtout pas interférer avec Martine Aubry, qui semble être la seule et unique décisionnaire de cette succession.

  1. "Tant que Martine n'a pas parlé ..."

    Sur lejdd.fr

    Se positionner, mais pas trop. Ce 25 août, en marge de l'université d'été socialiste de La Rochelle, Claude Bartolone a confié au JDD.fr qu'il verrait bien Jean-Christophe Cambadélis à la tête du PS.

    "

    Quand on voit le besoin de discuter avec l'ensemble des partenaires de gauche, l'envie du Parti socialiste de continuer à exister politiquement, le devoir d'être fidèle à la politique gouvernement, je reconnais que Jean-Christophe Cambadélis a le profil.

    "

    Mais attention, Claude Bartlone prend bien garde de préciser :

    "

    Tant que Martine Aubry n'a pas parlé, je suis incapable de dire celui des deux [avec Harlem Désir] qui sera le mieux placé pour lui succéder.

    "

    L'aval de l'actuelle première secrétaire, voilà ce que tout le monde attend pour rentrer pour de bon en campagne. "Personne n'a envie d'avancer de nom qui n'aurait pas le soutien de Martine Aubry", résume ainsi Claude Bartolone.

    Pour le moment, la maire de Lille a le choix entre Jean-Christophe Cambadélis et Harlem Désir. Un député confiait au Figaro le 23 août:

    "

    Avec Camba, c'est apaisé, elle sait qu'il l'a toujours soutenue. Elle a de la rancoeur contre Désir qui ne l'a pas assez soutenue pendant les primaires.

    "

    Martine Aubry pourrait bien garder son choix jusqu'à la dernière minute, c'est-à-dire avant le dépôt des motions le 12 septembre. Un proche confiait toujours au Figaro le 23 août :

    "

    Bah, ça se règlera dans la nuit qui précède ....

    "

    Concrètement, le nom donné par Martine Aubry sera celui du premier signataire de sa motion. Une motion qui viendra dans la lignée de la contribution exclusive présentée par la première secrétaire et Jean-Marc Ayrault le 11 juillet, et qui représentera le courant majoritaire au PS.

    Le candidat d'Aubry sera confronté aux premiers signataires des autres motions lors du congrès d'octobre, à l'image de Gaëtan Gorce, mais aura toutes les chances de l'emporter. Le but de Martine Aubry est d'éviter la "division" et donc de limiter le nombre de concurrents. Mission en partie accomplie avec l'élimination du candidat Rebsamen, un proche de François Hollande.

Du rab sur le Lab

PlusPlus