"Race blanche" : avant Nadine Morano, le Front national de la jeunesse ou le Bloc identitaire ont aussi exploité De Gaulle

Publié à 08h00, le 01 octobre 2015 , Modifié à 08h24, le 01 octobre 2015

"Race blanche" : avant Nadine Morano, le Front national de la jeunesse ou le Bloc identitaire ont aussi exploité De Gaulle
© Capture d'écran d'une affiche du FNJ, d'une affiche du Bloc identitaire et AFP.

Accablée par sa propre famille politique, Nadine Morano a écumé d'innombrables médias le 30 septembre pour défendre son utilisation de la notion de "race blanche". Sa répartie favorite, la voici : "J'ai fait référence à De Gaulle parce que je suis profondément gaulliste." Voici donc De Gaulle brandi comme un passe-droit : attaquer Nadine Morano, c'est attaquer la pensée du général.

Mais Nadine Morano n'est pas la seule à aller chercher dans les écrits du général de Gaulle - ou dans les propos qui lui ont été prêtés après sa mort - pour justifier de telles saillies. Comme l'a retrouvé le journaliste de Politis Michel Soudais, le Front national de la jeunesse (FNJ) a par exemple exploité la même phrase en 2009 sur une affiche intitulée "Jeune français, défends ton identité" :

Sur cette affiche, on voit des propos prêtés au général par son ancien ministre Alain Peyrefitte, 24 ans après sa mort, dans son ouvrage C'était de Gaulle, et dont l'authenticité est d'ailleurs contestée : "Nous sommes quand même avant tout un peuple européen de race blanche, de culture grecque et latine et de religion chrétienne."

L'ancien président du FNJ et actuel sénateur-maire FN de Fréjus, David Rachline, proche de Marine Le Pen, a d'ailleurs relayé cette ancienne affiche sur son compte Twitter le 30 septembre.

Et le FNJ n'est pas le seul à avoir exploité cette citation pour servir ses idées. Comme l'a souligné le journaliste Abel Mestre, le Bloc identitaire a pu créer le même type d'affiche en mars 2009. On y voit là-aussi la citation attribuée au général avec ce surtitrage : "De Gaulle aurait été identitaire".

Comme quoi, chacun peut voir De Gaulle à sa porte lorsque cela l'arrange.

Précisons par ailleurs que, la citation étant apocryphe, Nadine Morano a cherché une autre référence chez De Gaulle pour justifier son utilisation de la notion de race. Elle l'a brandie notamment sur Europe 1 ou sur BFMTV le 30 septembre lors de sa tournée de riposte médiatique. Dans les Mémoires d'espoir laissées par le général, la "race blanche" est également évoquée.



Ils ont décrypté cette référence de Nadine Morano :

> Le journaliste Laurent de Boissieu explique sur son blog pourquoi l'identification par la couleur de peau ne faisait pas De Gaulle, à l'époque, un racialiste.

> Dans La morale de l'info sur Europe 1, Raphaël Enthoven explique en quoi De Gaulle n'est pas un paratonnerre : "La phrase du général de Gaulle est objectivement stupide. Le fait qu'il l'ait dite ne la rend pas moins bête. A ce compte-là, le jour où Nadine Morano dira une phrase antisémite, elle s'abritera derrière le moment où le général de Gaulle avait parlé du peuple juif comme d'un peuple "sûr de lui et dominateur" ? C'est trop facile ! "



 

A LIRE AUSSI SUR LE LAB :

> Le Top 7 des excuses bien pourries de Morano pour démontrer qu'elle n'est pas raciste

> [EDITO] Morano, un suicide médiatique

> Morano retweete le président du SIEL, parti affilié au FN

Du rab sur le Lab

PlusPlus