"Race blanche" : Brice Hortefeux conseille à Nadine Morano d'expliquer qu'elle n'a voulu blesser personne

Publié à 19h37, le 29 septembre 2015 , Modifié à 11h18, le 30 septembre 2015

"Race blanche" : Brice Hortefeux conseille à Nadine Morano d'expliquer qu'elle n'a voulu blesser personne
Brice Hortefeux et Nadine Morano © FREDERICK FLORIN / AFP

En matière de propos polémiques, Brice Hortefeux en connaît un rayon. Une boulette, même un tantinet raciste, ça va. Le problème, c'est quand il y en a plusieurs, comme c'est le cas avec Nadine Morano.

L'ami de 30 ans (voire plus) de Nicolas Sarkozy tente aujourd'hui d'éteindre l'incendie allumé par l'eurodéputée sur le plateau d'On n'est pas couché, samedi 26 septembre. "La France est un pays de race blanche", a répété l'élue LR, irritant jusque dans son propre camp. Invité d'iTÉLÉ ce mardi 29 septembre, l'ancien ministre de l'Intérieur veut ainsi minimiser la polémique, entamant sa défense en soulignant "la personnalité forte de Nadine Morano". "Elle a ses mots, elle a son tempérament, elle a son histoire", dit-il, comme pour expliquer que personne ne devrait être vraiment surpris par la sortie de l'eurodéputée...

Mais quand même, puisque la polémique ne semble pas vouloir s'éteindre – et choque profondément Nicolas Sarkozy lui-même – Brice Hortefeux donne un conseil à Nadine Morano : elle doit expliquer qu'elle n'a voulu blesser personne. Il dit :

"

Je suis convaincu qu'elle n'a voulu blesser personne et le mieux serait qu'elle le dise elle-même, qu'elle n'avait pas la volonté de blesser. Je crois que ça serait utile qu'elle le dise.

 

"

Utile "pour elle" et "pour tout le monde", précise Brice Hortefeux. Il n'est pas le seul à penser ainsi. "On lui a conseillé d'exprimer publiquement des regrets vis-à-vis des personnes qu'elle a pu heurter", a ainsi commenté auprès de L'Obs un proche de Nicolas Sarkozy.

Sur le fond, en revanche, Brice Hortefeux est un peu plus nuancé. Alors que beaucoup, chez LR, ont clairement dénoncé les propos de l'ancienne ministre, lui dit simplement :

"

Bien sûr que la France ne se résume pas à une race. C'est une communauté qui a connu des apports successifs, c'est une communauté dont l'équilibre est fragile et dont la cohésion est sans cesse menacée. L'ambition de tous les responsables politiques, et notamment dans ma famille politique autour de Nicolas Sarkozy, est de tout mettre en œuvre pour que l'équilibre de cette communauté nationale, la cohésion de notre communauté nationale, soit préservée.

 

"

On vu condamnation plus franche. Vraiment.

 

 

 

À LIRE AUSSI SUR LE LAB :

Comment le Front national réagit à la sortie de Nadine Morano sur la "race blanche"

"Race blanche" : Morano s'abrite derrière des propos tronqués de Taubira sur la "race créole"

> "Race blanche" : Morano se fait troller par sa propre famille politique

Du rab sur le Lab

PlusPlus