Remanier ? "La manifestation d’un échec"

Publié à 06h50, le 03 janvier 2013 , Modifié à 06h50, le 03 janvier 2013

Remanier ? "La manifestation d’un échec"
Le 17 mai 2012, à l'Elysée (photo Reuters)

C’est la rentrée pour le gouvernement. Un gouvernement pris depuis quelques semaines dans les rumeurs d’un éventuel remaniement (>>voir les trois scénarios d'un éventuel remaniement).

Et si Jean-Marc Ayrault a fait peur à ses ministres en leur envoyant une circulaire relative aux archives des membres du gouvernement, François Hollande a déjà tenté de désamorcé ces bruits de couloirs en démentant l’hypothèse d’un remaniement imminent.

Mais ces rumeurs commencent à énerver du côté du PS et de la majorité gouvernementale, à l’heure où la priorité annoncée est celle d’inverser la courbe du chômage.

Un "haut gradé" de la rue de Solférino peste ainsi, anonymement, dans le Figaro de ce jeudi 3 janvier, contre l’écho médiatique de ces rumeurs d’un remodelage gouvernemental : 

Ce remaniement, c’est une lubie des journalistes !

Ca les occupe entre Noël et le jour de l’An.

Pour le député de Haute-Garonne et ancien membre de l’équipe de campagne pour la primaire socialiste de Martine Aubry, Christophe Borgel, remanier aussi tôt dans le quinquennat serait une erreur stratégique et politique. Et "la manifestation d’un échec" : 

Un remaniement est une arme politique que l’on utilise qu’une seule fois dans un quinquennat.

L’utiliser trop tôt, trop vite, serait la manifestation d’un échec.

Alors que Nicolas Sarkozy a remanié à de nombreuses reprises et que seul, ou presque, le Premier ministre François Fillon a vécu l’ensemble du quinquennat sans bouger de strapontin, un "conseiller ministériel" socialiste résume, toujours dans les colonnes du Figaro, la positioon de François Hollande, "qui ne prendra aucun risque".

Et surtout pas, selon ce conseiller, celui de nommer Ségolène Royal dans l’équipe de Jean-Marc Ayrault, malgré le lobbying grandissants des royalistes du gouvernement : 

Le président ne prendra aucun risque en 2013 :

- ni celui de remanier,

- ni celui de faire entrer Ségolène Royal.

 

Du rab sur le Lab

PlusPlus