Stéphane Le Foll demande aux députés de la majorité d'arrêter les "débats périphériques" qui brouilleraient les résultats de Hollande

Publié à 09h37, le 10 octobre 2013 , Modifié à 09h47, le 10 octobre 2013

Stéphane Le Foll demande aux députés de la majorité d'arrêter les "débats périphériques" qui brouilleraient les résultats de Hollande
Stéphane Le Foll sur BFMTV le 10 octobre 2013 (image BFMTV).

ÉLOGE DE LA SIMPLICITÉ - Le peu de popularité de François Hollande et de son gouvernement agace Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture mais surtout proche parmi les proches du président, considéré même comme son porte-parole.

Invité de BFMTV ce 10 octobre, il se désole de cette situation "paradoxale" où les premiers résultats positifs rencontrent toujours plus d'incompréhension chez les Français :

"

Dans cette rentrée il y a deux éléments contradictoires.

D’abord les résultats commencent à arriver. On a dit qu’on demanderait des efforts aux Français pour sortir ce pays d’une situation extrêmement difficile. On a les premiers résultats, à la fois en termes de chômage (…), en terme de croissance économique, tous les instituts disent qu’on a une reprise qui est là.

Et c’est à ce moment là qu’on a l’impression qu’il y a un débat, où les Français ne perçoivent pas ce qui est positif.

"

La faute à qui ? Pas au chef du gouvernement, certainement pas au président de la République. Stéphane Le Foll rejette la faute sur ceux qui "ouvrent des débats" en s'éloignant de "l'essentiel". 

Comme Claude Bartolone, il estime que les députés - de la majorité pour ne pas les nommer - parlent trop de tout, multiplient les points de vue, lancent des sujets annexes et noient la communication du gouvernement. Les revendications des parlementaires socialistes sur la hausse de la fiscalité en 2014 sont notamment dans le viseur des deux hommes.

Stéphane Le Foll développe :

"

On a un débat sur les questions fiscales, où ne cessent d’arriver les questions liées à la fiscalité, même pour les entreprises aujourd’hui alors que la pression fiscale sur les entreprises va baisser …

Je me dis qu’il faut qu’on soit dans cette période plus que jamais simples. Beaucoup de débats ont été ouverts.

Il faut qu’on soit simples, c'est-à-dire concentrés sur ce qui l’essentiel pour les Français: baisse du chômage, reprise de la croissance, emploi, redressement du pays.

Je pense qu'il y a trop dedébats périphériques.

"

Et poursuit dans son éloge de la simplicité à appliquer aux députés PS :

"

Beaucoup trop de députés, beaucoup trop de gens, s’exprimentau lieu de se dire une chose : sur quoi serons-nous jugés, qu’est ce qui fera la réussite de la politique ?

Ce n’est pas une mesure un jour qui viendra donner ici ou là un peu de pouvoir d’achat, c’est globalement le redressement et l’espoir qu’on redonne à tout un peuple.

Si ceux qui s’expriment gardaient une ligne simple… 

"

De là à dire que l'impopularité de François Hollande est la faute des députés de la majorité, il n'y a qu'un pas. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus