Taxation du diesel : une même info, deux façons de la présenter par François Hollande et Najat Vallaud-Bellkacem

Publié à 13h13, le 16 septembre 2013 , Modifié à 15h38, le 16 septembre 2013

Taxation du diesel : une même info, deux façons de la présenter par François Hollande et Najat Vallaud-Bellkacem
Najat Vallaud-Belkacem sur France info le 16 septembre et François Hollande sur TF1 le 15 septembre.

Une même information, deux façons de la présenter. Au JT de TF1 le 15 septembre, François Hollande a tranché : pas de hausse de la fiscalité du diesel en 2014. Ce 16 septembre au matin, la porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem, a fait le service après-vente du chef de l'Etat ... mais a parlé d'une "montée en puissance de la taxation du diesel".

Désaccord ? Pas du tout. Simplement deux manières d'exposer une même décision, pour l'un en câlinant les ménages, pour l'autre en câlinant les écolos.

>> L'annonce version Hollande : le bisou aux consommateurs

Interrogé dimanche soir sur une évolution de la taxation sur le diesel, François Hollande commence par énoncer sa position de principe sur l'écologie et les taxes :

"

Ce n’est pas rendre service à l’écologie (...) que de la réduire à des impôts. L’écologie c’est une obligation mais aussi une opportunité.

"

Puis ajoute :

"

Il faut passer à cette transition [écologique] mais ça ne suppose pas d’avoir des taxes supplémentaires.

"

En commençant ainsi, François Hollande cadre son message : la première information reçue par le téléspectateur-consommateur est qu'il ne paiera pas davantage.

Dans un second temps, le président évoque la "contribution climat énergie", un dispositif censé "verdir" les taxes déjà existantes en augmentant celles sur les produits polluants et en en baissant les autres. Un dispositif encore très flou mais décisif puisque c'est bien dans ce cadre que le diesel pourrait être davantage taxé. Pas l'année prochaine mais les suivantes, et en baissant parallèlement d'autres taxes.

François Hollande ne dit pas autre chose :

"

Cette contribution énergie climat, qui va monter en puissance de manière limitée au cours des prochaines années, intégrera toutes les énergies, dont le gazole.

Mais pas pour 2014. Il n’y aura pas d’effet en 2014. A chaque fois qu'un impôt sur le plan écologique augmente, il doit y avoir un impôt qui baisse.

"

Autrement dit, la taxation du diesel va bel et bien augmenter pour rendre cette énergie moins attrayante.

Mais, avec cette organisation du propos en deux temps, on retiendra de cette déclaration du président qu'il rejette l'augmentation de la taxe sur le diesel pour le budget 2014.

>> L'annonce version Vallaud-Belkacem : le bisou aux écolos

L'annonce version Hollande n'a pas vraiment plu aux écolos. Noël Mamère a même menacé de quitter son parti si Cécile Duflot et Pascal Canfin restaient au gouvernement. La même information expliquée par Najat Vallaud-Belkacem ce lundi sur France Info devrait davantage leur plaire.

Alors qu'on lui demande si une augmentation de cette taxe diesel est envisageable à partir de 2015, la porte-parole décrypte l'interview présidentielle :

"

Le chef de l’Etat a confirmé en effet qu’il y aurait une montée en puissance de la taxation du diesel au fur et à mesure que nous installerons notre contribution climat énergie.

"

La hausse demandée par les écologistes aura donc bien lieu, via la contribution climat énergie. Si le fond de l'information est identique, le message ne passe pas de la même façon. Ainsi pourrions-nous titrer : "Le gouvernement prévoit une augmentation progressive de la taxe sur le diesel"

Au final, chacun peut retenir ce qu'il souhaite dans cette histoire de diesel. Les écologistes y verront une promesse pour le futur. Les consommateurs, l'assurance de ne pas être impacté. Dans l'immédiat. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus